samedi 28 mars 2015

« La désorientation diabolique »

Ça vous dit quelque chose ?

Drôle de titre, n'est-ce pas ? Je ne l'ai pas inventé... Et la dame qui l'a inventé l'a utilisé plus d'une fois... Il aurait été mieux dit « très, très souvent... ».

Mais avant d'aller plus loin au sujet de cette dame, il serait bon de vous donner un petit exemple de désorientation que nous pouvons tous vivre dans la vie courante : ne vous est-il pas déjà arrivé de vous être assoupi ou endormi et qu'à votre réveil vous ignoriez où vous étiez ? Vous étiez perdus au point qu'il vous fallait savoir où était la porte et ne pas la confondre avec la fenêtre ?

Eh bien, c'est de cela qui sera traité ici... Pas au niveau physique mais au niveau spirituel : il est fort possible que l'on vous « désoriente » dans votre foi, votre Credo... Que vous soyez perdus en quelque sorte sur qui croire et sur quoi croire... Votre pire ennemi pourrait être vous-mêmes si vous croyez être capables de vous en sortir par vous-mêmes. Continuons maintenant à propos de cette dame...

Cette dame avait une particularité que vous et moi n'avons pas : elle a vu Maman Marie et Jésus beaucoup de fois. Et Ils lui communiquèrent bien des informations — ou visions si vous préférez — au sujet de la Fin des Temps.

Cette expression qui nous désoriente à juste titre, cette dame l'utilisait pour caractériser justement l'atmosphère qui règnerait pendant la Fin des Temps : « La Désorientation Diabolique ».

« Ah ! Mais le Nul... Ne pouvez-vous pas nous laisser sur notre nuage rose quelques instants ? Vos récents articles nous décrivent que du noir ! L'avez-vous remarqué ? Cet article me semble tout autant déprimant à ce que je vois... »

Le Nul : « J'en conviens que ce n'est pas rose. La Fin des Temps ne sera pas rose non plus. Mais le Séducteur, le spécialiste pour vous passer des vessies pour des lanternes, rendra cette période toute rose et dans la teinte de rose que vous préférez PERSONNELLEMENT. Bon je continue... ».

Cette dame, c'est Soeur Lucie qui fut un des trois bergers ayant assisté aux Apparitions de Maman Marie à Fatima (1917). Seule des trois bergers ayant vécu longtemps et qui est décédée en 2005.

Voici un très petit échantillon de cette expression dans deux lettres qu'elle a écrites :

J.M. Coimbra,

Le 4 décembre 1970

Chère Maria Teresa

Notre-Dame a demandé et a recommandé que le Rosaire soit prié chaque jour. Elle nous l'a répété dans toutes les Apparitions comme pour nous mettre en garde qu'en ces moments de désorientation diabolique, nous ne devons pas nous laisser tromper par de fausses doctrines qui diminuent l'élévation de notre âme vers Dieu par le moyen de la prière.

C'est la désorientation diabolique qui envahit le monde et trompe les âmes ! C'est nécessaire d'y faire face ;

Il est douloureux de voir une telle désorientation chez tant de gens qui occupent des postes de responsabilité ! ...

... C'est parce que le diable a pu infiltrer son mal sous le couvert du bien et ils (les dirigeants) agissent comme des aveugles qui conduisent des aveugles comme nous dit Notre Seigneur dans son Évangile ; et les âmes continuent de se laisser tromper.

Lettre à un prêtre...

« Je vois par votre lettre que vous êtes préoccupé par la désorientation de notre temps. C'est triste, en fait, que tant de personnes se laissent dominer par la vague diabolique qui déferle sur le monde et qui sont aveuglés au point d'être incapable de voir l'erreur ! Le principal défaut, c'est qu'ils ont abandonné la prière,(souvenez-vous de cette phrase...) ils se sont de cette manière séparés de Dieu, et sans Dieu, tout manque.

« C'est une désorientation diabolique qui envahit le monde, en trompant les âmes ! Il est nécessaire de résister au diable. »

Trouvez l'erreur !

Je vous propose ce petit quiz pour vous faire comprendre les mécanismes de base de la désorientation diabolique. Je m'appuie sur un argumentaire utilisé par certains prélats. Trouvez l'erreur et ensuite on analysera ensemble ce petit quiz.

LE QUIZ
« Chers fidèles, souvenez-vous que Jésus a dit à la Femme adultère : « Moi non plus, je ne te condamne pas ». Pourquoi les Docteurs de la Loi de nos jours — je ne veux pas dire les Pharisiens d'aujourd'hui mais ils en sont — condamnent alors les divorcés/remariés à ne pas communier si Jésus ne les condamnent pas puisqu'il a absout cette femme qui avait couché avec un autre homme que son mari et qui, d'après la Loi de Moïse, méritait d'être lapidée à mort ?

« Non mais réfléchissez... Jésus qui est Dieu pardonne et nous, nous ne pardonnerions pas aux divorcés/remariés, aux homosexuels et aux gens en union libre ? Où est la logique pour que nous, les humains, ayons une attitude différente de celle de Dieu. Il n'y a que les Pharisiens qui étaient comme cela.»

« Où est la compassion chez ces Docteurs de la Loi modernes pour les personnes qui ont souffert des difficultés conjugales énormes ? Ne trouvez-vous pas que ces Pharisiens modernes ont un esprit sans coeur comme à l'époque de Jésus, c'est-à-dire qu'ils sont prêts à lancer la pierre à tout moment aux divorcés/remariés, aux personnes vivant en union libre et aux homosexuels et ils leur ferment la Porte de la Maison de Jésus (l'Église) qui devrait être aussi accueillante pour tous comme Lui-Même l'était pour tous... même pour cette femme adultère. »

Vous voulez que je vous dise ? C'est un argument de puissance passablement nucléaire que de référer à « Moi non plus, je ne te condamne pas » qu'a dit Jésus !

SOLUTION DU QUIZ
ET COMMENT FONCTIONNE
LE PRINCIPE DE DÉSORIENTATION DIABOLIQUE

Pour désorienter le monde, autrement dit pour les orienter sur toute autre voie que la droite voie de Dieu, vous prenez une seule phrase ou un bout de phrase de la Bible qui fait votre affaire et vous mettez le paquet dessus. Vous ne leur dites pas que Jésus a dit à la femme adultère « Va et ne pèche plus ». Vous ne leur dites pas non plus que Jésus a dit « ce que Dieu a uni que l'homme ne le sépare pas ». Vous ne leur dites pas que Jean-Paul II a écrit un encyclique pour confirmer que les divorcés/remariés et les gays ne pouvaient pas communier.

Bien non... et vous appuyez tous vos avancés sur un nouveau concept qui s'appelle « compassion » et qui n'existe absolument pas dans la Bible. Or, la compassion peut être très dangereuse : que diriez-vous d'un médecin qui vous cache votre maladie qu'il a découverte par esprit de compassion envers vous et votre famille ? Il ne désire pas vous bouleverser. C'est beau, hein ?

Si votre médecin vous aimait plutôt que d'avoir de la compassion, il vous dirait la Vérité parce que Amour et Vérité vont toujours ensemble. Mais la compassion va avec quoi ?

N'utilisez jamais les mots Amour, Vérité, Miséricorde et Charité à moins qu'ils ne vous servent à votre avantage. Utilisez plutôt les mots Respect, Transparence, Compassion et Partage. Avec ces nouvelles clés terminologiques, vous allez pouvoir triturer votre message à votre goût.

Autre point important pour faire une bonne « Désorientation Diabolique », il faut que les médias qui étaient présents affichent uniquement ce titre dans leurs articles ou reportages :

« Moi non plus, je ne te condamne pas »
a dit Jésus Lui-Même ! »

C'est très plaisant pour l'homme ou la femme qui lit un tel titre et qui en est rendu à son troisième conjoint... Ça calme la conscience, non ?

Les spécialistes des communications dans les mass médias vous le confirmeront : la très, très grande majorité des gens ne lisent et ne retiennent que les gros titres. Si, sous ce titre, vous parleriez dans le détail de l'article de la course de chevaux qui a eu lieu sur le terrain municipal de votre ville, peu de monde s'en rendrait compte. Et ce triste phénomène s'est accentué avec la venue de la télévision qui a fait perdre l'habitude aux gens de lire.

Quant aux graphismes que les firmes de relations publiques et de communication peuvent produire pour ornementer un bel article justifiant l'adultère ( entendez « divorcés/remariés, unions libres ) et dont seul le titre sera lu par une grande majorité des gens, voyez plus bas un maigre spécimen conçu par le Nul. Ils sont bien meilleurs que moi... Ne pensez pas que les Prélats du Vatican ne disent que des messes et ne font que prier. Les meilleures agences de conseils en gestion au monde, en relations publiques et en communications et mass médias travaillent à temps plein au Vatican. Pas différent de la Maison Blanche. Je le sais parce que j'ai été au moins trente ans conseiller en gestion.

Malgré une qualité moyenne dans le « rendu » du message dans le graphique plus bas, voyez tout de même comme ça peut être touchant, romantique, tendre, sensible, venant du coeur pour « vendre » de l'adultère. En effet, si cette femme n'a pas été condamnée, pourquoi serais-je condamné si je suis avec ma troisième femme ? La « désorientations diabolique » dans toute sa beauté !

Alors... qu'est-ce vous pensez que les gens vont soutenir comme position lors du prochain Synode avec de tels titres et de telles images qui leur sont mitraillés quotidiennement par une presse corrompue et dirigée en plus haut lieu par la Franc Maçonnerie ? Je n'ai pas à faire la démonstration de cette affirmation, elle a été faite abondamment par d'autres. C'étaient deux petites questions toutes bêtes au passage...

Ne croyez pas que ce petit démontage de la désorientation diabolique vous suffise pour voir venir les lanternes sur vous en vraies vessies. Détrompez-vous...

Un exemple concret

Une dame que je connais est toujours en situation de mariage religieux valide même si elle est divorcée civilement depuis 15 ans.

Ayant un ami avec lequel elle voulait partager son lit, elle alla consulter un prêtre. Il lui dit « Tant qu'il y a de l'amour, oui, tu peux coucher avec. »

Alors selon le grand principe de ce prêtre, toutes les femmes qui éprouvent de l'amour peuvent coucher avec leur ami. Et si elles rompent avec leur ami après 6 mois, qu'elles se prennent un autre ami et si elles aiment ce deuxième ami, bien oui, elles peuvent coucher encore avec ! Pourquoi le principe changerait ?

Ce prêtre avait plus de 65 ans... Il n'a pas été instruit avec des théologies à gogo...

Petite question : combien de prêtres sont désorientés sur la morale à donner aux fidèles ?

Petite réponse : 33 % des prêtres. Et j'en suis certain parce que c'est la Bible (Apocalypse) qui me le dit :

« Ap 12 4 Avec sa queue, il (Satan) balaya le tiers des étoiles du ciel et les jeta sur la terre. Il se plaça devant la femme (Maman Marie) qui allait accoucher, afin de dévorer son enfant (Jésus) dès qu'il serait né.

Quelle est la propriété d'une étoile ? Elle guide les navigateurs. Et qui doit guider les êtres humains dans leur chemin de vie ? Les prêtres. Ce texte nous indique que le tiers des prêtres vont tomber du Ciel, i.e. de leur spiritualité pour tomber dans les mondanités de la terre.

Quel genre de prêtres désirez-vous consulter ?
Un complaisant à tout ce que vous désirez ?
Ou un vrai bon qui vous donnera la bonne direction ?

Voici le grand test pour discriminer l'un de l'autre : celui qui dit le Chapelet tous les jours, qui lit son bréviaire devant le confessionnal 15 minutes avant la messe attendant le fidèle qui viendra le voir, celui qui est considéré comme le moindre des moindres par la hiérarchie, celui qu'on utilise comme bouche-trou dans les endroits où il y a plusieurs prêtres, celui-là est un vrai bon prêtre.

Mais s'il vous faut prendre rendez-vous pour vous confesser, certes, vous pourrez vous confesser. Mais quand à la qualité des conseils, prenez garde...

Le diable a conçu les messages
Il est plus fin que vous

Tant que vous n'admettrez pas ça
Vous allez mordre à l'une des multiples hameçons...
malgré vous

Vous considérez que vous avez un bon jugement dans la vie... que votre intelligence, sans être Einstein, a bien de l'allure et que vous maîtrisez relativement bien vos sentiments et émotions dans la plupart des circonstances ?

Eh bien, tout ça ne sert à rien... Vous allez mordre à l'une des multiples hameçons variées, vous ne verrez pas les vessies qu'on va vous servir. Le diable et ses suppôts charnels sont trop forts pour vous. Ne vous fiez surtout pas à votre discernement humain, votre fameux bon jugement, votre instinct, votre émotion du moment ou votre fameuse intuition qui ne vous a jamais trahi...

Seul le discernement spirituel ( celui-là n'est pas humain ) peut vous faire voir les vessies. Non, il n'y a pas d'autre solution. Comment l'acquiert-on ? Par la prière et surtout par le chapelet quotidien ( 20-25 minutes par jour ).

À quoi sert de se garder en forme physique
si ça nous conduit dans la fosse
en dehors de la route ?

Voyez où va la file de gens dans le graphique plus haut

Juste un petit moins de golf ou de jogging
et vous remplacez par un petit chapelet...
À moins que ça ne vous fasse rien
de vous faire bourrer le crâne
et de sortir du parcours pour prendre la fosse...

C'est à répéter :
Vous ne pouvez pas vous en sortir par vos propres moyens
aussi brillants que vous puissiez être...
Vous faites face à un être
qui a moins 15 000 ans d'expérience...

Je vous donne mon expérience personnelle. Ah ! Que j'avais donc la bonne intention de dire mon chapelet en ce premier jour. Après tout, c'est 20-25 minutes. Un peu de temps avant de s'y mettre, je me sentais vraiment fatigué alors que je n'avais jamais été fatigué à cette heure-là. Je n'ai pas dit mon chapelet...

Le deuxième jour, juste avant de dire mon chapelet, tiens, tiens, j'avais oublié de faire quelques courses... Je n'ai pas dit mon chapelet...

Le Malin est très, très subtil à vous décourager de dire le chapelet. Il haït ceux et celles qui vont parler à sa plus Grande Ennemie qui leur donne une capacité de le voir venir. Qu'il haït ça !

Finalement, je me suis résolu à trouver un endroit où le chapelet était récité à une heure donnée. J'ai trouvé une petite église. Environ 7-8 personnes ont participé au chapelet. 25 minutes plus tard, je sortais de l'église me sentant rafraîchi comme si j'avais fait 2 heures de jogging.

J'y allais à tous les jours et, avec le temps, j'ai commencé à voir les vessies...

Mais ce n'est pas tout !

Le pire est à venir...

Soeur Lucie affirme que cette « Désorientation Diabolique » partira du SOMMET de l'Église. Que l'ennemi de l'Église ne vient pas de l'extérieur mais de l' INTÉRIEUR

Au prochain article peut-être... Si Dieu nous prête vie...

2 Thessaloniciens 2
11 Aussi Dieu leur envoie une puissance d'égarement, pour qu'ils croient au mensonge,
12 afin que tous ceux qui n'ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l'injustice, soient condamnés.

jeudi 26 mars 2015

Lettre au Saint Père

« Peut-on ravoir notre Église s.v.p. ? »

Oui, c'est un article très, très long.
Mais il faut mettre le paquet pour ravoir son Église !

Préambule important

Avant de passer pour un anarchique dans ce que vous lirez, je vous présente une petite ligne pesant environ 300 kilos qui nous vient du droit canonique de l'Église catholique et dont on nous fait rarement part. Voilà pourquoi les catholiques obéissent aveuglément au Pape même s'il nous imposerait la marque de papier mouchoirs à acheter. À la lecture de cette petite ligne, vous comprendrez que les propos qui suivent ne sont pas tenus par un désobéissant à l'Église.

Can. 212 § 2. Les fidèles ont la liberté de faire connaître aux Pasteurs de l'Église leurs besoins surtout spirituels, ainsi que leurs souhaits.


Le jeudi 26 mars 2015

Très Saint Père

D'emblée, je ne représente que moi-même dans cette lettre. Aucun mouvement ni association n'a collaboré ou est en appui direct à la présente missive. Je suis seul. Et pourtant j'ai des besoins et des souhaits à vous formuler comme me l'autorise le droit canonique, article 212 paragraphe 2.

Mais avant de vous formuler mes besoins et mes souhaits, vous les comprendrez davantage si je vous décris la situation de l'Église telle que je la perçois car c'est à partir de cette perception qu'émanent justement mes besoins et mes souhaits.

La situation de l'Église

Avant de faire un constat général de toute la forêt, il nous faut étudier beaucoup d'arbres d'une façon singulière. Nous aurons un meilleur portrait sur lequel statuer. Passons donc en revue les principaux sujets que vous avez abordés pendant les deux années de votre Papauté.

Les homosexuels

Interrogé sur la rumeur de l’existence d’un « lobby gay » au sein du Vatican à l'occasion de votre retour en avion des Journées Mondiales de la Jeunesse de Rio le lundi 29 juillet 2013, vous avez donné cette réponse à la meute journalistique et elle en a surpris plus d'un par sa nouveauté de ton: « On écrit beaucoup sur ce lobby gay. Je ne l’ai pas encore trouvé. Je n’ai encore rencontré personne au Vatican qui me montre sa carte d’identité avec écrit sur celle-ci « gay ». On doit distinguer le fait d’être homosexuel, et le fait de faire partie d’un lobby, car les lobbies ne sont pas bons. Si une personne est homosexuelle, qui suis-je pour la juger? Le problème n’est pas d’avoir cette tendance, nous devons être frères. Le problème est de faire des lobbies, lobbies des affaires, lobbies politiques, lobbies des francs-maçons, c’est cela le problème le plus grave.»

«Si une personne est homosexuelle, qui suis-je pour la juger ? »

Mais vous avez eu raison de dire tout ça ! Il faut tous s'aimer, Jésus nous le demande. Il nous faut aimer les homosexuels, ce sont nos frères... mais, Très Saint Père, il nous faut haïr l'homosexualité car c'est un péché grave... «Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme. C’est une abomination» (Lévitique 18-22 ). Mais pas un petit mot du tout sur l'homosexualité. Si cet entretien avait à être recommencé, voici ce que je vous recommanderais de dire :

« Où qu'elle soit, l'homosexualité est un péché tellement grave qu'il peut priver la personne le commettant d'une vie éternelle heureuse. Voilà pourquoi il faut prier pour eux. Mais, au niveau personnel, si une personne est homosexuelle, qui suis-je pour la juger ? Ne sommes-nous pas tous des pécheurs qui devons s'entraider ? »

Voyez-vous, Très Saint Père, cette réponse allie la compassion, la tolérance, l'entraide et le dogme de l'Église sur ce sujet. Vous êtes très fort sur tous ces aspects sauf le dogme. Et ceux qui vous le rappellent, vous les considérez comme des « Docteurs de la loi » ou des « Pharisiens » à l'esprit étroit qui ne regardent que la lettre. C'est vous qui le dites entre autre dans votre homélie du 17 mars dernier sur le Paralysé de Bethzatha. Ça vous dit quelque chose, Très Saint Père ?

Par ailleurs, qu'on ne nous présente pas des vessies pour des lanternes. Ce n'est pas parce que vous n'avez pas vu d'homosexuels ou de lobby qu'il n'y en a pas. En somme, d'après ce que nous savons, il y aurait beaucoup de prêtres homosexuels dans le monde mais, selon vous, pas au Vatican parce que vous n'en avez pas vu. Il faut avoir du culot pour ne même pas mentionner que ça pourrait exister même si vous n'en avez jamais vu. Vous êtes un politicien très fort. Pardonnez-moi, Très Saint Père, il eut été préférable que je dise que vous maîtrisez parfaitement la rhétorique médiatique !

À ce compte-là, moi aussi, je suis assez certain qu'il n'y a jamais eu de pédophilie chez les prêtres parce que je n'en ai jamais vue...Voyez-vous l'astuce que vous utilisez ?

Incidemment, Très Saint Père, le document préparatoire au Synode que vous avez certes approuvé affirmait que les homosexuels étaient une richesse pour l'Église. Nous n'en doutons pas du tout, ce sont nos frères à part entière. Il était bien que vous le mentionniez pour que les mentalités puissent évoluer.

Ce que je déplore un petit peu, c'est que vous n'ayez pas exprimé votre pensée sur l'homosexualité comme telle. Il me semble que je reste avec une jambe en l'air. Je n'ai rien à vous apprendre, vous savez bien qu'homosexuel et homosexualité ce sont deux choses. Pourquoi avoir appuyé juste sur une jambe ?

L'avortement

Toujours dans le même avion dont l'air devait être vicié sans que vous vous en rendiez compte, un journaliste vous a demandé pourquoi vous n'aviez pas parlé de l'avortement au Brésil. Et voici votre réponse étant donné votre parfaite maîtrise de la rhétorique médiatique :

« Vous connaissez la position de l’Église. »

Vous êtes vraiment étonnant ! Ayons un petit moment de détente ensemble et jouons à une devinette :

Vous rappelez-vous de votre demande d'une journée de jeûne et de prière pour la paix en Syrie, au Moyen-Orient et dans le monde le premier septembre 2013 ? Les Américains avaient massé tous leurs bateaux de guerre le long de la côte de la Syrie et pointaient tous leurs missiles vers ce pays...

Voici la devinette, Très Saint Père : à combien estimez-vous le nombre de morts qui auraient pu avoir lieu ? Ça, c'est la première question. La deuxième maintenant : combien de morts y-a-t-il eu en 2013 dans le monde entier à cause des guerres ?

Sans connaître vos réponses, je suis certain de vous battre en termes de morts cette année-là : 53 millions d'enfants à naître qui ont été avortés.

Votre réponse dans l'avion a giflé 53 millions d'enfants à naître pour ne pas en avoir parlé comme du monde car vous parlez toujours en maître rhéteur. Vous avez vraiment l'art de l'esquive.

Les plus grandes entreprises professionnelles au monde en relations publiques savent que la répétition d'un message produit à la longue un changement d'attitude et de comportement dans une situation donnée. Vous embaûchez de telles firmes. Pourquoi ne s'occupe-t-on de la cause de la plus grande mortalité au monde à chaque année à savoir l'avortement et d'en parler correctement ?

Oui, je sais... Vous avez peu de temps disponible... Mais demandez à un de vos conseillers en relations de lire l'article que je vous donne en lien. Et espérons qu'il aura des difficultés à dormir ensuite... Il en va de 53 millions de personnes par année...

Mais c'est dommage, je n'ai pas encore terminé mes doléances concernant l'avortement. Une autre petite devinette, Très Saint Père : que diriez-vous d'un journaliste éminent qui pose la question suivante au plus grand médecin spécialiste du cancer au monde : « Docteur, quel est l'état du cancer dans le monde ? » Et ce médecin de répondre : « J'ai justement vu madame Hurtubise récemment. Je vous avoue bien franchement que le diagnostic n'est pas toujours facile à poser. »

C'est ridicule comme réponse. En convenez-vous avec moi ? Eh bien vous avez exactement fait ça avec un journaliste concernant l'avortement. Vous lui avez répondu à sa question générale avec le cas particulier d'une dame divorcée en union libre avec un autre conjoint qui avait avorté d'un nouvel enfant parce qu'elle en avait déjà. Vous avez dit au journaliste : « Vous savez, c'est tout un problème pour un Confesseur ».

Comme fidèle, Très Saint Père, on aimerait bien avoir des grandes lignes directrices de temps à autre. C'est un de mes souhaits.

Peut-être — et je n'ai pas terminé — que je tombe déjà dans la catégorie des « Obsédés » que vous avez créée récemment. Voici un article qui l'affirme si vous vous ne souvenez pas de cette affirmation.

« L'Église est obsédée
par l'homosexualité et l'avortement »

selon le pape.

Savez-vous Très Saint Père que c'est une sainte obsession que de vouloir sauver 53 millions de petits bouts chou et ce, à chaque année. Ne l'oublions surtout pas ! ?

Je ne saurais terminer le sujet de l'avortement sans vous donner la nouvelle que l'on ne vous a peut-être pas transmise : trois jours après votre départ du Brésil, le Parlement brésilien a passé une loi élargissant les possibilités pour les Brésiliennes d'avorter. Je suis un peu confus car les élus brésiliens « devaient connaître la position de l'Église » comme vous avez si bien dit au journaliste dans l'avion, n'est-ce pas ? Du chiffre de 53 millions d'enfants à naître qui sont avortés, quel sera le nouveau chiffre avec cette terrible nouvelle ?

Est-ce que cette nouvelle mérite d'être incluse dans votre examen de conscience le soir avant votre dodo ? Il n'en tient qu'à vous d'en décider...

Les divorcés/remariés et les unions libres

Ah ! mais ici, oui, vous pratiquez la répétition en titi ! C'était une forme polie pour vous dire que vous mettez le paquet.

Pour éviter de passer pour quelqu'un qui pose un jugement sommaire ou hâtif, je serai un peu détaillé quitte à indisposer certains lecteurs par cette longueur. Aux lecteurs impatients ou qui ont peu de temps disponible, je vous invite à lire seulement une ou deux preuves que je mets à l'appui et à sauter à la prochaine section. Car ce sujet est à répétition par le Très Saint Père, il ne change que de sauce à toutes les fois mais la viande est toujours pareille.

Vos débuts à Buenos Aires, capitale de l'Argentine, comme Archevêque avant même d'être Pape

Voici ce que j'ai appris de vous :

« En ce qui concerne l’accès des divorcés remariés à la communion, on sait déjà quelle est l’opinion du pape. Lorsqu’il était archevêque de Buenos Aires, il autorisait les "curas villeros", ces prêtres qu’il envoyait dans les périphéries, à donner la communion à tout le monde, même si les quatre cinquièmes des couples n’étaient pas mariés. » Voir source ici. D'autres sources ? Tapez « curas villeros » dans Google.

Très Saint Père, ne me faites pas le coup de me dire que vous n'avez pas vu cette situation donc qu'elle ne devait pas exister ! Vos propres prêtres de périphérie étaient heureux de dire aux journalistes que tout le monde communiait !

Mais le plus dramatique, c'est de connaître les impacts de cette « ouverture pastorale ». Un journaliste italien rendu éditeur en chef du journal La Nation (je crois — j'en oublie son nom incapable de retracer la référence ) a publié un livre sur vous du temps que vous étiez Archevêque à Buenos Aires.

Son livre a été publié par les Éditions Missionnaires Italiennes. Avec un tel éditeur, disons que c'est plus crédible que folichon. Cet auteur corrobore entièrement ce qui a été dit précédemment. Par ailleurs, il nous précise les conséquences désastreuses de donner la communion à qui veut. Il nous dit que depuis cette pratique a commencé, la population n'a plus aucun respect pour le mariage. « Pourquoi se marier ? On a tout ce qu'on veut ! » Comme cette institution est complètement dévalorisée, les gens se tournent de plus en plus vers l'homosexualité et... oui...oui... la polygamie. C'est lui qui le dit, ce n'est pas moi, Très Saint Père. Peut-être n'étiez-vous pas au courant parce que vous n'en avez pas vu dans les transports en commun que vous empruntiez dans la capitale... Tellement charmant un Archevêque utilisant le transport en commun. Enfin un dignitaire ecclésiastique à notre portée...

Finalement, sur ce point précis, je m'interroge sur un proverbe que l'on pourrait peut-être inventer : « Désobéissant un jour, désobéissant toujours » ? Après tout, la Communion à tous déroge du Magistère de l'Église. Et vous l'avez permise à vos prêtres de périphérie. Qu'en sera-t-il à Rome ? Ce sera différent ?

Et la Communion, vous en conviendrez, ce n'est pas la moindre des choses dans l'Église... C'est le plus grand Don et Miracle que l'humanité n'ait jamais connus. Vous vous souvenez de la petite parole courte évangélique qui dit de ne pas jeter des perles aux cochons. Je ne sais pas de façon certaine si cette parole s'applique au sujet dont nous venons de traiter. J'ai un petit doute...

Autre situation...

La tension culmine en juillet 2010 lorsque le gouvernement argentin envoie au Parlement le projet de légalisation du mariage homosexuel, une initiative que l’Archevêque de Buenos Aires critique vivement : « Il ne s’agit pas tout simplement d’une lutte politique : c’est la prétention de détruire le plan de Dieu. Il ne s’agit pas d’un simple projet législatif, mais d’un dessein du (démon) ».

Très noble... très noble et VRAI. C'est ce qu'il fallait dire. Enfin quelque chose de positif dans cette lettre !

Mais il y a un hic ! ( Ah ! pas encore ! ). Le voici : vous avez réuni tous vos évêques avant le passage de la loi afin d'établir une stratégie pour contrer ce projet. La tenue de telles conférences des évêques ne vous était pas nouvelle mais celle-ci revêtait un caractère particulièrement grave et important. Les évêques étant résolument contre le projet de loi, vous leur avez proposé une solution de compromis à présenter au gouvernement afin d'éviter le pire. Vous leur avez proposé que l'Église pourrait accepter l'union libre en lieu et place du mariage si le gouvernement acceptait cette solution. Vous avez été débouté par les évêques qui refusèrent cette formule de compromis... C'était la première fois qu'une de vos propositions étaient refusées depuis le temps que vous présidiez ces conférences.

Est-ce que ça ne nous donne pas une indication de votre flexibilité vis-à-vis l'union libre pour les homosexuels au lieu du mariage gay ? N'est-ce pas une acceptation que deux personnes de même sexe couchent ensemble ? Oh ! Je vais peut-être trop loin ici, je crois. Car vous ne le saurez jamais puisque vous ne visitez pas les chambres à coucher, n'est-ce pas ?

Dites-moi, Très Saint Père. Si un général dont son armée est proche de la défaite tente de convaincre ses collègues d'utiliser l'arme nucléaire pour s'en sortir et que ces derniers refusent, pourrait-il, ce général, considérer à nouveau l'arme nucléaire dans d'autres circonstances ? Substituez le mot « Général » par « Pape » et le mot « Arme nucléaire » par « Union libre » dans cette question et vous pouvez répondre...

Et si les homosexuels avaient été ainsi acceptés en union libre par l'Église, qui auraient été les prochaines mains levées pour avoir un traitement similaire ? Réponse : les couples remariés/divorcés, non ? Comme on dit dans mon patelin : « Ce qui est bon pour minou est bon pour pitou » signifiant par cette expression qu'il faut être juste pour tout le monde.

Très Saint Père, il ne resterait que la polygamie et l'inceste pour compléter le tableau, non ? Pourquoi ne pas avoir de compassion pour eux aussi ? Quelle est la différence ? « Ce qui est bon pour minou est bon pour pitou », non ?

Lors de votre papauté maintenant. Toujours sur le même thème des divorcés/remariés.

Vous ne montrez aucun signe de renoncement à votre quête de « nouveauté » qui est la fameuse « approche pastorale », préconisée aussi par le Cardinal Kasper — référez-vous en à la prestation de départ de ce Cardinal d'une durée de deux heures lors du Consistoire extraordinaire sur la famille, le 21 février 2014 au Vatican; aucun autre membre n'a bénéficié de ce temps de présentation, le tout béni par vous bien entendu.

Pourquoi le Cardinal Kasper est ici dans le décor dans cette lettre ? Parce qu'il est votre porte-voix, votre porte-parole le plus fidèle. Très bonne tactique : le chef cuisinier demande à son serveur d'aller porter les plats s'il doute que ceux-ci soient de la meilleure qualité et bien reçus par les invités. Mais lorsque le gâteau est vraiment réussi, c'est toujours le Chef qui l'apporte aux invités. Les temps ne sont pas encore assez mûrs pour rencontrer les invités au sujet des divorcés/remariés, n'est-ce pas ? Je comprends.

Les formules d'éloquence du Cardinal Kasper feraient rougir Démosthène lui-même tant elles sont bien plaquées pour justifier la communion des divorcés/remariés : « Il faut que l'Église change de paradigme. ». Ou encore : « La doctrine n’est pas une « eau stagnante » mais bien un « fleuve en mouvement » ». Et on en vient même à démontrer pourquoi les divorcés/remariés n'auraient pas accès à la communion alors que les criminels meurtriers reconnus coupables y ont droit...

WOW ! Ce n'est qu'un échantillon du rationnel sur les dogmes qui nous a été servi arrosé d'une sauce moderne... Et gare à vous si vous n'aimez pas leurs slogans, vous êtes un mauvais DOCTEUR DE LA LOI, un PHARISIEN... Oui, oui, un PHARISIEN !

Je simplifie ici votre orientation : si on désire se comporter comme un bon berger qui va chercher la seule brebis hors du troupeau qui est prise dans la boue, c'est donc dire avoir une approche « pastorale ». Et dans une telle situation, ce n'est pas le temps de considérer le dogme, les principes ou les règles...

Mais y avez-vous pensé ? Si on néglige tant le Magistère de l'Église, il se pourrait que tout le troupeau se ramasse dans la vase... Ah ça, vous nous en parlez pas...

Ce n'est pas en parlant seulement du cas de madame Hurtubise que vous allez orienter toutes les femmes qui songent à l'avortement. Vous devriez diminuer l'utilisation des cas particuliers pour nous parler davantage des grandes lignes de conduites que nous devons suivre. Après tout, n'êtes-vous pas le Chef ? Qu'en est-il d'un chef qui ne donne jamais les grandes lignes de direction ?

Parfois il me vient ces images en tête lorsque je pense à votre style de gouvernance :

  • Un capitaine de bateau en train de boire du champagne sur le pont avec les invités alors que le bateau fonce droit sur un rocher. Pourquoi une image si dramatique ? Mais n'avez-vous pas conscience de la démolition des églises, de leur réaménagement en hôtels, etc., de la disparition presque complète de toutes institutions hospitalières et scolaires catholiques, des espèces en voie de très grande disparition que l'on appelle « Congrégations religieuses », de la diminution de la prêtrise et du peu de renouvellement des vocations ? Et que dire de l'assistance dominicale aux messes ? Est-ce je fabule à être seul à voir le rocher ?
  • À cause de vos talents d'accueil, de tolérance, de compassion, de votre souci de vous lever la nuit pour aller porter incognito un pain à un mendiant, d'embrasser les pieds des prisonniers, d'embrasser un défiguré, vous avez un impact extraordinaire et vous avez réussi à dégager une image extrêmement positive de vous auprès de toute la population. Mais permettez-moi de vous dire que mon image est la suivante : vous me faites penser à un chanteur international extrêmement célèbre. Et, en tournée, vous attirez des foules monstres à vos spectacles. Mais lorsque le spectacle est terminé, personne n'achète de vos pièces musicales à la sortie de l'auditorium. Qu'est-ce à dire ? Vous ne réussissez pas à fidéliser les gens. L'émotion que vous suscitez chez les gens est très passagère. Et vous savez pourquoi ? Parce que vous ne parlez pas assez des VRAIES choses. Vous ne faites pas réfléchir les gens au sujet de leurs âmes. Vous avez des belles phrases capsules super courtes et ensuite vous quittez comme une vedette d'Hollywood laissant à son agent de presse le soin de détailler ce que la phrase voulait dire.

Échappé belle au Synode. Toujours sur le même thème des divorcés/remariés.

Vous êtes entouré de 8 Cardinaux qui se sont affairés à préparer ce synode. Le président des 8 Cardinaux sera chargé de la rédaction du rapport à mi-chemin du synode et du rapport final. Et qui ouvre les débats avec beaucoup plus de temps autorisé que les autres ? Et qui a l'insigne et unique privilège d'avoir sa présentation couchée sur papier et remise à chaque membre du synode ? Réponse : le Cardinal Kasper ! Dans mon patelin, on dit alors qu'on « avantage ainsi grandement un poulain ».

Ils étaient 8 affectés à la préparation, à la coordination et au déroulement du synode, n'est-ce pas ?

Très Saint Père, peut-être vous a-t-il manqué d'effectifs conseils. Bien oui, le rapport de mi-parcours a été remis à la presse internationale et fut publié au complet sur Internet avant même qu'un seul Cardinal du Synode en ait eu accès ! Par ailleurs, aucune des propositions incluses dans ce rapport n'avait été discutée ou approuvée par le Synode. Et, dans ce rapport, il faut avouer que l'accueil, la tolérance, la compassion (vous en n'avez pas eu pour les membres du synode par contre en les traitant derniers des derniers ), la miséricorde que nous devons imiter de Jésus étaient tout là, n'est-ce pas ? En effet, je ne veux pas tout vous rappeler ce que vous savez de ce rapport intérimaire mais disons que les homosexuels sont une richesse pour l'Église, que notre compassion à être inclusifs envers les divorcés/remariés devrait leur permettre de communier avec nous... Tels sont quelques éléments du rapport intérimaire.

Et vous l'avez approuvé ce rapport ainsi que sa méthode de distribution où les premiers qui devaient le recevoir ont été les derniers. Vraiment il a manqué d'effectifs pour vous conseiller. C'est comme si un projet de loi était connu de la population par le biais de la presse mais qu'aucun député ne soit au courant. C'est du joli. Une erreur ou une stratégie ?

Inutile de vous dire que les Cardinaux ont sabré dans les propositions qui étaient faites dans ce rapport. Mais fait inusité dans l'histoire de toute l'Église, les propositions qui ont été refusées par le Synode sont tout de même demeurées dans le rapport final avec une indication qu'elles avaient été raturées, refusées. Jamais des propositions non retenues sont apparues dans les rapports finaux auparavant.

Très Saint Père, j'aimerais vous conter une petite histoire. Une maman avait un garçonnet de 5 ans qui venait d'apprendre à lire et à écrire. Il lisait tout ce qu'il lui passait sous les yeux même les boîtes de céréales. La maman devait aller au marché d'alimentation ; son fils ajouta des bonbons sur la liste des achats. La maman ratura cet item plutôt que de l'effacer. Le garçonnet tint la liste au cours des emplettes et les lisait à sa maman.

Pensez-vous,Très Saint Père, que cette maman pourrait se faire solliciter à nouveau pour des bonbons ?

Que désirez-vous faire au juste avec ces petites techniques ?

LE BOUQUET, TRÈS SAINT PÈRE...

J'ai été assez affublé d'étiquettes telles que conservateur — doctrinaire — pharisien — dogmatique que je ne ferai pas aux autres ce que l'on me fait. Disons qu'un certain groupe de Cardinaux a frisé la jubilation lorsque le vote a été pris au Synode concernant les divorcés/remariés. Le vote est sorti à 53 % des voix en faveur de la communion des divorcés/remariés. C'est plus de la majorité des Cardinaux, ça ! Heureusement qu'il faut 66 % des voix pour qu'une proposition soit acceptée.

Et savez-vous ce qu'un Cardinal a dit à un journaliste au sortir du Synode alors qu'il affichait une mine basse ? « On a rempli le verre à moitié mais la prochaine fois on va le remplir au complet ». Quand j'ai lu ça, j'ai eu une toute petite réflexion personnelle que je ne voudrais pas qui soit publicisée, je vous en prie. Je me suis dit : « Peut-être que je me trompe mais je crois que ce Cardinal a hâte que des adultères reçoivent Jésus vivant, corps, âme et divinité dans toute Sa Magnificence sur leurs langues sales. » Mais il ne faudrait pas ébruiter cette réflexion car je pourrais être perçu comme manquant de miséricorde et de compassion d'autant plus que je pourrais me tromper. Vous savez sûrement ce que je veux dire...

Parlant justement de communion.
Parlons de la communion dans les mains.

J'emprunte des termes qui nous viennent des médias. Vous ne devriez pas être trop perdu. Vous conviendrez avec moi que, lorsque le prêtre fait la Consécration lors d'une messe, Jésus est « LIVE », « EN DIRECT ». C'est à dire que nous ne devons pas considérer que l'on remémore sa Mort et sa Résurrection d'il y a deux mille ans mais qu'Il MEURT ET RESSUSCITE « LIVE » pendant cette messe. Bien oui ! Il est Dieu, donc Il est Éternel, donc en dehors du temps. Il y a deux mille ans et aujourd'hui, pas de différence pour Lui.

Peut-être que vous vous souvenez de ce que les grands saints nous ont dit à propos du nombre des coups de fouets que Jésus a reçus au Palais de Pilate par ses zélés soldats romains. J'avance ici pour les fins de la démonstration un chiffre conservateur : 4 000 coups de fouet.

Très Saint Père, une petite question avant de poursuivre : pensez-vous que ce serait manquer de compassion qui vous est si chère si quelqu'un s'employait à toucher sans raison un grand brûlé qui sort d'un incendie alors que les services hospitaliers l'ont stabilisé ?

Revenons à Jésus : avec 4 000 coups de fouets reçus qui sont « LIVE », que pensez-vous de le toucher avec nos mains plutôt que de l'étancher avec notre langue ?

Oui, oui, la fameuse dispense qui autorise les Églises à donner la communion dans les mains, je la connais. Mais une dispense, n'est-ce pas une exception à la règle générale de faire les choses ? Ce que je constate, c'est que la dispense est rendue règle générale et que la règle générale de donner la communion sur la langue est devenue une exception à un point tel que certains prêtres se montrent hésitants à la donner ou découragent le communiant par d'habiles techniques à ne pas la recevoir ainsi à nouveau. Étrange... ça doit être la peur des microbes... Moi qui croyais que l'Hostie Très Sainte pouvait écraser n'importe lequel des microbes. Non, je vais être honnête : vos prêtres manquent de foi et vous ne les aidez pas du tout.

Quant à la distribution de la communion par des « mains sales »... Bien quoi ? Est-ce que les laïcs qui ont très, très bon coeur ont les mains consacrées ? Aimeriez-vous vous faire opérer, Très Saint Père, par un très bon médecin sans gant qui a les ongles sales ? Mais qu'est-ce que vous pensez que vous permettez par la distribution de la communion par des laïcs aux mains non consacrées. Quelle est la différence avec ce médecin ?

J'aimerais bien conclure sur une autre note mais il faut dire qu'un chat est un chat quand c'est un chat.

Très Saint Père, vous endossez le fait
de donner l'Infinie Pureté de Dieu

À partir de mains sales ( servants laïcs )
À d'autres mains sales ( communiants )
Sur des langues sales
(bientôt les communiants adultères)

Quelqu'un m'a fait l'objection que la langue était aussi sale que les mains, alors pas la peine de s'énerver pour la communion dans les mains, n'est-ce pas ? Alors selon ce chic raisonnement, mieux vaut salir l'hostie deux fois : une fois dans les mains et une autre fois sur la langue... Après tout, c'est juste une hostie, il n'y a pas personne dans celle-ci...

Voyez-vous, Très Saint Père, ce que fait — sur tous les sujets, pas seulement sur celui-ci — ce que fait, je disais, une absence importante de direction du troupeau. Les gens se crée des directives !

Vous êtes à la recherche active des brebis égarées mais vous ne donnez aucun sens de direction au troupeau qui est déjà rassemblé.Il me semble que ça vous horripile de parler de dogme, de Magistère...

Résultat ? Tout le monde s'invente son petit principe de conduite de vie à défaut d'en recevoir de vous : « Tout est correct tant qu'il n'y a pas d'abus », « Tant qu'il y a de l'amour, tu peux coucher avec ton conjoint » même si c'est le cinquième dans les trois dernières années... « Tout le monde le fait, fais le donc ! » Etc... etc...etc...


La messe traditionnelle (tridentine)

Très Saint Père, vous vous souvenez lorsque Moïse monta la montagne à la rencontre de Dieu pour aller chercher les tables de pierre sur lesquelles Dieu, Lui-Même, avait écrit les Commandements... Le peuple devait certainement se tenir en bas de la montagne pour le voir monter.

Qu'auriez-vous pensé, Très Saint Père, si Moïse était monté à reculons, histoire de pouvoir animer le peuple en bas de la montagne, une belle célébration communautaire, quoi ?

N'est-ce pas ça qui a été voulu par le Concile de Vatican II (circa 1962) quand, par la suite, le Vatican mit le paquet dans des lettres, des exhortations à l'ensemble des évêques du monde pour qu'ils changent la messe traditionnelle en la nouvelle messe. Du prêtre qui faisait face à Dieu devant le Tabernacle pour intercéder en faveur des fidèles en vertu de la Rédemption que Jésus nous a obtenue, la nouvelle messe demandait au prêtre de faire face à l'assemblée des fidèles afin de favoriser comme « animateur » une meilleure célébration communautaire. Animer le peuple en faisant dos à Dieu, c'est beau, n'est-ce pas Très Saint Père ?

Ça ressemble à Moïse qui recule en montant la montagne. Il peut animer le peuple qui le regarde monter... C'est beau, hein ?

Dites-moi, Très Saint Père, qu'est-ce qui est le plus important : faire face à Dieu pour obtenir Sa Clémence envers nous les pécheurs ou bien animer une belle célébration communautaire ? Reculer ou monter face à Dieu ?

Mais il y a encore un bouquet sur ce sujet. Le Vatican, devrais-je dire la Franc maçonnerie qui vous entoure, a même persécuté les prêtres et les évêques réfractaires à la nouvelle messe... Suspensions, excommunications, il y a eu de tout. Et à peine 37 ans plus tard, le pape Benoît XVI a déclaré que la messe traditionnelle « n'a jamais été abrogée » !

Trente-sept années à écrire et écrire aux Évêques du monde avec une pression soutenue pour qu'ils adoptent la nouvelle messe, quelques mesures disciplinaires exemplaires pour les intimider à agir... « Tout le monde le fait, fais-le donc »... Ce principe a tellement bien réussi que 98 % des messes sont dites selon le rite post-conciliaire. Les prêtres qui ont gardé le cap sur la messe traditionnelle ont été considérés comme des proscrits. Voici un petit exemple de punition pour les proscrits : un document à faire approuver par Rome ou une demande de rendez-vous avec un ecclésiastique à Rome... ça se réalise très lentement quand ça se réalise.

C'est tellement une technique subtile : faire accroire que c'est un ordre alors que ce n'en est pas un... Mettre de la pression et soutenir la pression... Un vrai Chrétien ne fait pas ça, un Franc Maçon, oui. Tiens, tiens...

Et croyez-vous que ma confiance envers le Vatican a augmenté ? La stratégie du 37 ans d'incertitude et de confusion est seulement un exemple. Ne l'oublions pas... Je vous donne mon opinion car je sais que vous ne me la demanderez pas :

« C'est du n'importe quoi ! »


« Un coup parti. Le mariage des prêtres »

Une autre devinette, Très Saint Père...

Quand un père de famille se fait demander par ses enfants s'ils vont tous au cinéma ce soir-là et que le père réponde :

A) Non, il n'est absolument pas question. Vous le savez, je suis d'avis que le cinéma n'est pas bon pour nous...

OU

B) Je vais y penser... C'est sur mon agenda d'y penser...

QUESTION

Laquelle de l'une des deux réponses plus haut peut permettre plus aux enfants d'espérer d'aller au cinéma ?

Eh bien, Très Saint Père, vous avez répondu B (voir article) en ce qui concerne le mariage des prêtres. Vous avez dit :« C'est sur mon agenda ».

Conclusion

Je vous disais en début de lettre que je désirais étudier chaque arbre de la forêt avant de me faire une idée sur la forêt entière et ensuite vous faire part de mes besoins et de mes souhaits.

Très Saint Père, comment ne pas vous dire ma déception suite à toute la revue des principaux sujets que j'ai couverts.

Et un autre bouquet m'est tombé sur la tête aujourd'hui même (26 mars 2015). Vous avez invité les catholiques à une heure d'oraison pour la paix dans le monde avec une petite chandelle allumée. Vous recommandez des cure-dents pour tuer la mouche. Le vrai tue-mouche pour le paix dans le monde exige 5 minutes de votre part en union avec les évêques du monde : il s'agit de la Consécration de la Russie au Coeur Immaculé de Marie. C'est la demande de Maman Marie aux trois petits bergers de Fatima. Vous vous souvenez sûrement : MAMAN MARIE NOUS PROMET LA PAIX SUR LA TERRE SI NOUS CONSACRONS LA RUSSIE À SON COEUR IMMACULÉ.

La demande de Maman Marie prend cinq minutes à réaliser et vous, vous nous demandez une heure. Je ne compte pas la journée de jeûne et de prière pour la Syrie, le Moyen-Orient et le monde le premier septembre 2013. Je n'arrive pas à comprendre... Une hypothèse ici pour m'expliquer toutes ces demandes d'exercices spirituels avec des cure-dents lorsqu'on les compare avec la PUISSANCE EFFECTIVE EXTRAORDINAIRE de la demande de Maman Marie : vous vous souvenez de l'image d'un chanteur international très célèbre qui m'est venu à votre propos ? Eh bien ! On dirait que vous avez un don de faire claquer les mains des spectateurs mais le spectacle, Très Saint Père, n'est pas pour autant meilleur.

J'aime mieux suivre Sa Demande que la vôtre, Très Saint Père. Mais vous ne désirez pas la suivre jusqu'à présent. Vous êtes le septième pape à vous y refuser parce que vous avez probablement plus peur des représailles politiques russes ou franc maçonnes ecclésiastiques que de foi en Notre Maman (c'est vous qui a dit qu'il pouvait y avoir des lobby francs maçons. Retournez à votre entretien dans l'avion de Rio en début de cette lettre. ). Voyons donc, Très Saint Père, pensez-vous que Notre Maman d'Amour qui réunit et dépasse la somme de tous les amours des mamans de cette terre nous aurait fait cette demande pour nous envoyer tous dans la fosse ?

Ah puis, ne me revenez pas avec les sornettes que cette Consécration a déjà été faite. Où est la paix promise par Notre Maman si cette Consécration a été faite ? Ne juge-t-on pas un arbre à son fruit, où est le fruit, Très Saint Père ? Vous n'auriez pas eu besoin de nous demander de prier pour la paix sinon ? Logique, non ?

À franchement vous parler, vous devriez plus craindre Dieu que les représailles russes ou franc maçonnes. N'est-ce pas Jésus qui a dit à l'un des trois petits bergers de Fatima, Soeur Lucie, en 1931, en rapport avec la Consécration de la Russie au Coeur Immaculé de Marie : « Dites aux ecclésiastiques qu'ils prennent exemple sur ce qui est arrivé au Roi de France » parce qu'ils n'ont pas consacré la France à Mon Sacré-Coeur lorsque je l'ai demandé par le biais de Sainte Marguerite-Marie Alacoque en 1689 au Roi Louis XIV. Et Jésus continue « Il pourrait leur arriver les mêmes malheurs »

Vous vous souvenez ? Je ne divague pas, n'est-ce pas ? Et vous connaissez plus votre histoire que moi... Qu'est-il arrivé alors ? Il y eut Louis XV et Louis XVI qui ont suivi et toujours pas de Consécration demandée par Jésus. Et alors ? Eh bien ! Cent ans JOUR POUR JOUR, ce fut la Révolution Française et la Royauté fut complètement destituée et remplacée par une assemblée du peuple.

Il reste environ 925 jours avant la Fête Centenaire ( ça veut dire 100 ans, Très Saint Père ! ) de la Première Apparition de Notre Bonne Maman d'Amour à Fatima le 13 octobre 1917. Allez-vous attendre jusqu'au 12 octobre 2017 ?

Comprenez-vous, Très Saint Père, que je ne vous comprends pas... Si j'étais à votre place, j'essaierais de sauver ma peau. Comme le dit un des proverbes de Salomon : « Nul n'est tenu de se mettre le cou sur le bûcher ». Soyez sage, Très Saint Père, écoutez Salomon. Faites la Consécration de la Russie au Coeur Immaculé de Marie et oubliez les cure-dents.

Dire que vous avez dédié votre Pontificat à Notre Dame de Fatima. Vous Lui avez donc demandé aide et secours pour votre mission, je présume. Avez-vous vraiment foi en Elle ? Si vous me dites oui et que vous ne faites pas cette Consécration qui est la solution la plus importante pour tout le monde entier — il n'y en a pas d'autre — je serai obligé de croire que vous êtes allé La voir pour les apparences. Et le monde entier va en souffrir parce que vous n'aurez pas cru en Elle et que vous n'avez compté que sur vous-mêmes.

Vous êtes toujours le capitaine de bateau sur le pont avec les invités. C'est votre choix. Mon choix est de ne pas embarquer sur votre bateau. Le droit canonique me permet de ne pas donner suite à ce que vous me demandez tant et aussi longtemps que vous ne faites pas de déclarations dans un cadre d'infaillibilité formelle. Le droit canonique me permet même de m'opposer et d'organiser des pétitions sur des sujets spirituels d'importance. À la lecture de ce qui précède, il y aurait matière en abondance à utiliser de tels recours mais, je vous l'ai dit, je suis seul. Ne trouvez-vous pas étrange qu'aucun des fidèles ne connaisse ces droits ?

Très Saint Père, je n'ai plus de besoins spirituels ni de souhaits à vous formuler après toute mon analyse. Dans le cirque actuel des « approches pastorales » tous azimuts et sur tous les fronts, je n'ai aucun espoir de ravoir mon Église avec vous. Je vous laisse sur votre bateau et je m'en tiendrai au Chapelet, aux Sacrements, à l'Évangile et aux Commandements de Dieu. Je suis convaincu que ma petite chaloupe se rendra à bon port.

Vous avez beaucoup parlé de compassion, de Miséricorde de Dieu, j'aimerais bien que vous me mentionniez les endroits de votre Pontificat où vous avez parlé de la « Justice de Dieu », de l'« Enfer » et du « Péché ». En ce qui concerne la « Justice de Dieu », c'est après tout un attribut égal à Sa Miséricorde. Envoyez-moi par e-mail les références, je vous en serais gré.

Peut-être n'en avez-vous jamais parlé et que c'est normal ainsi. C'est peut-être moi qui n'ai pas encore « changé de paradigme ».

Post Scriptum

Je crois avoir un allié dans le diagnostic général de l'état de l'Église. Il s'appelle Jésus qui dit par Luz de Maria (Argentine) les éléments suivants le 18 mars 2015 :

« Ceux qui Me sont consacrés et qui donnent leur vie pour Ma Vérité, sont chassés des communautés peuplées pour ne pas scandaliser ceux qui sont perdus et qui ne veulent pas entendre parler de Ma Justice. Cela me donne une grande douleur.

L'INSTITUTION DE MON ÉGLISE a été envahie par le mal ; le MODERNISME conduit à une augmentation DU PÉCHÉ DANS MON PEUPLE. Le poison de la franc-maçonnerie génère des divisions entre ceux qui se consacrent à Moi au cours des moments décisifs pour Mon Peuple, ce poison de la franc-maçonnerie greffe sur ceux qui se consacrent à Moi tout le contraire de Ma Volonté de sorte que le diable va profiter de ceux qui sont les Miens. MON ÉGLISE sera purifiée parce qu'Elle DÉSOBÉIT à Mes Commandements et livre les âmes au mal si bien qu'ils seront condamnés pour l'éternité. »

Sans autre commentaire.

mercredi 25 mars 2015

« Ah ! Moi, j'ai pour principe de vie qu'il ne faut pas faire d'abus... »

J'étais bien allongé dans un fauteuil inclinable, la belle infirmière assise près de mon bras gauche. Elle n'en finissait plus de me pomper du sang, 2... 3... 4 ampoules. C'était à me demander si elle n'en emportait pas quelques-unes chez elle le soir pour les boire, si, dans le fond, c'était une vampire qui s'était acclimatée à la lumière !

Toujours est-elle que, vers la fin de la deuxième ampoule, elle me dit : « Ah ! Moi, j'ai pour principe de vie qu'il ne faut pas faire d'abus... »

Comme ma vie était à sa merci et que d'autres patients attendaient à ma suite, je savais qu'il me restait très peu de temps pour commencer une discussion. Je fis donc « le chinois ». Ah ! Vous ne savez pas ce que veut dire « faire le chinois » ? Normal, l'expression vient de moi. Disons que ça veut dire que vous ne parlez pas du tout, vous plissez des yeux en tentant de ressembler à un chinois qui sourit. Et si vous désirez accentuer l'expression, vous pouvez toujours hocher un tantinet de la tête.

Mais quand cette infirmière m'a sorti cette phrase alors que nos péri espaces respectifs étaient très rapprochés, elle a dû sentir que mes veines s'étaient durcies tout à coup.

Vous voulez savoir ce que le Chinois a ressenti ? De la tristesse dans son coeur pour elle... C'est comme si elle m'avait salué avec joie ayant une seule jambe sur la marche du train, l'autre en l'air, tenant la rampe et agitant un petit mouchoir pour me saluer avant d'embarquer, toute heureuse de son sort : « Je m'en vais en voyage ! » Mais la pauvre, oui la pauvre, n'a pas regardé la destination du train avant d'embarquer : « Auschwitz ».

Et j'ai pensé aussitôt au nombre incalculable de personnes qui partagent cette philosophie : des trains et des trains bondés pour Auschwitz.

Ces personnes m'attristent, il est vrai, mais elles me font beaucoup pitié. Comment peuvent-elles savoir la différence entre « abus » et « péchés » si on ne leur a jamais enseigné la différence ?

Juste un avortement seulement, ce n'est pas grave... Il n'y a pas d'abus, voyez-vous ? Mais un seul avortement est un péché très grave, voyez-vous la nuance ici... Avec un seul avortement, vous venez d'acheter un billet aller simple pour Auschwitz.

Autre exemple : la personne qui vit en union libre depuis cinq ans avec une personne qui est divorcée d'une autre. « Je n'ai jamais abusé, je lui ai été toujours fidèle, jamais d'amants. C'est quoi le problème ? » Et son interlocuteur de répondre à voix très basse : « Depuis 2000 ans, une telle situation empêche de communier. Oui, oui, je sais, ça pourrait changer, c'est très d'actualité... En somme, ce péché ne deviendrait plus péché tout à coup... »

Mais il n'y a pas que l'éducation religieuse de l'Église qui a fait défaut, il y a aussi les gouvernements qui ont tout laïcisé. De nos jours, dans nos institutions scolaires, le fameux enseignement « moral » qui a pris la place de l'éducation religieuse, montre à nos petits bouts de chou et aux plus grands que le plus important, c'est le RESPECT des autres.

En somme tu peux haïr en secret en autant que tu RESPECTES. On a évacué la notion d'« amour » pour la remplacer par la notion de « respect ». Et regardez où ça nous mène : à des lois pour tenter d'éliminer l'intimidation. Si on avait appris aux Jeunes à aimer même ceux qui les persécutent, on n'aurait pas besoin de loi pour contrer l'intimidation.

Bon, nos Jeunes sortent des écoles et entrent sur le marché du travail pour ceux qui sont chanceux. Et qui prend la relève pour les entretenir dans leurs beaux idéaux « moraux » ? Réponse : cinéma, mass médias de tous acabits, Face de bouc, vidéos, jeux vidéos dégueulasses... on arrête pas de tuer...et j'en passe.

Voyez maintenant les beaux principes qui sont inculqués. Je vous présente en premier celui que je considère le plus croustillant d'entre tous :

  • « Après tout, on a juste une vie à vivre, mieux vaut en profiter.» Mais avez-vous oublié qu'elle se prolonge au-delà du matériel ? Vos valises vont être pas mal vides rendu dans le Haut Côté.
  • « Tant qu'il y a de l'amour, tu peux coucher avec ton conjoint » même si c'est le cinquième conjoint au cours des trois dernières années...
  • « On n'est pas fait en bois. »
  • « Après tout, il faut être de son temps. » Ah oui ? Ce qui fait tendance aux USA dans certains états, c'est la légalisation de la polygamie... De votre temps à votre goût ?
  • « La femme a le droit de disposer de son corps » pour justifier un avortement. Et le foetus aurait-il le droit de disposer de son corps lui aussi ?
  • « On a le droit de mourir dans la dignité » pour justifier l'euthanasie.
  • « J'ai pour principe de vie qu'il ne faut pas faire d'abus...» mais on peut faire des péchés ... peut-être... mais on ne sait pas c'est quoi la différence !
  • « L'important, c'est de respecter les autres »
  • « Il n'y a pas de mal à se faire du bien »
  • « On peut bien faire ce que l'on veut. On est majeur et vacciné après tout... »
  • « Si on est tous les deux consentants et que l'on prend nos précautions...c'est quoi le problème ? »
  • « Faut tout de même pas être plus catholique que le Pape ! »
  • « Ah ! Tout ça, ce sont de vielles histoires... On n'est plus au Moyen Âge... »

Pensez-vous vraiment que Satan
et ses « suiveux » de chair
vont vous inviter clairement à faire le mal ?

Les « fameuses » valeurs plus haut sont des hameçons
pour attraper du gros poisson !

lundi 23 mars 2015

Ma visite chez Dieu ou As-tu deux minutes ? (un conte)


Dans mon sommeil, un ange survint. Il était beau ! Pas possible ! Il s'adressa à moi avec une douceur que je n'avais jamais connue : « Viens, je veux t'emmener à une réunion... »

Oups ! J'avais déjà lu que le « deux de pique » de l'enfer se déguisait régulièrement de cette manière. Je désirais vérifier quelle était la provenance de celui qui me parlait. Je n'avais pas de chance à prendre...

J'avais aussi lu que les anges des ténèbres ne sont pas capables de prononcer les noms de Jésus et de Marie tellement ils les haïssent. Vous comprendrez que je n'avais pas tout mon calme comme lorsque je prends mon café en admirant et en remerciant Dieu pour la nature qui m'entoure. Hum ! Comment faire ce test ? Je lui dis :

— Est-ce que tu viens d'En Haut ou d'En Bas ?
Il me répondit : « Du Ciel. »

Sa réponse était juste un petit peu rassurante mais pas plus car le « deux de pique » est, lui aussi, capable de répondre cela, menteur qu'il est. Je lui dis alors :

« Répète après moi la phrase suivante : « J'aime Jésus, Son Père, l'Esprit et Marie ».

C'était la phrase fatale qui pouvait le démasquer s'il faisait partie du Club des Ténébreux.

Eh bien, il a passé avec succès ce test mortel.

Je lui demandai : « Mais quelle réunion est-ce ? » Il me répondit : « Suis-moi, tu verras ».

Il me prit sous une aile. La gauche ou la droite ? Je ne sais guère mais il en avait plus que deux. C'est à ce moment-là que j'ai constaté que nos avions supersoniques ou nos fusées spatiales sont de l'âge de pierre à comparer à leur mode de transport. Ouf ! Ça filait !

Nous arrivâmes à la salle de réunion. Cette salle était éclairée d'une lumière que je n'avais jamais vue : beauté, douceur et paix s'y dégageaient. Il y avait une table ronde avec trois chaises; la table était spécialement éclairée par un projecteur installé je ne sais où mais qui accentuait encore davantage l'ambiance feutrée agréable.

L'ange me dit :

« Assieds-toi ici dans ce petit coin ombragé spécialement aménagé pour un visiteur. Ne parle pas, fais seulement écouter, je reviendrai te rechercher après la réunion. »

C'était une très petite chaise droite qui semblait faite de bois mais ce n'était pas du bois. En m'assoyant, j'eus l'impression de m'asseoir dans un énorme fauteuil de salon inclinable. Je me suis dit :

« Vraiment, il n'y a rien de pareil à la terre dans tout ce qui existe ici... Est-ce réel ou suis-je encore en train de rêver dans mon lit ? »

La réunion

Trois personnes surgirent de je ne sais où. Jamais vu du monde beau comme ça. C'est simple, elles émanaient juste de l'Amour. Elles avaient toutes une même tunique blanche, super propre avec des plis fraîchement pressés. Ça semblait paradoxal : ces vêtements étaient splendides mais, à la fois, tellement humbles. Cette tenue vestimentaire était tellement humble que quiconque ne se sentirait pas intimidé de les approcher. Tellement de simplicité, tellement de simplicité. La seule chose qui les distinguait, c'était leurs ceintures. Celui qui s'est assis entre les deux autres avait une ceinture d'or rayonnant, encore une fois ici qui ne provenait pas de la terre tellement cet or irradiait. Il semblait à peine plus âgé que les deux autres : au maximum cinq ans.

Le deuxième portait une ceinture rouge sang qui brillait elle aussi. Le troisième était le seul qui qui ne portait pas une ceinture unie ; on dirait que sa ceinture était vivante tellement qu'elle avait des mirages changeants ; parfois on y voyait des langues de feu passer horizontalement, d'autres fois c'était des torrents d'eau, d'autres fois c'était des nuages poussés par un vent impétueux.

Ouf ! Juste de voir ça, la lumière, les trois personnes, les ceintures, le fauteuil inclinable... je me disais que ça avait valu le voyage...

Bizarre mais ce n'est pas le plus vieux qui a commencé à parler, c'est celui qui portait la ceinture rouge sang. Il dit :

— « Nos enfants de la terre sont en très, très grande majorité endormis vis-à-vis de ce qui s'en vient, vous le savez bien.Et vous savez aussi bien que Moi que l'homme utilise toujours les inventions qu'il a créées. Ce n'est donc qu'une question de temps très court qu'ils vont faire sauter leur propre planète avec le nucléaire, les vaccins mortels... Bon Je n'ai pas besoin d'allonger sur ce sujet. »
— Celui à la ceinture dorée dit :

« C'est exact. Le temps presse. Et quand un patient est à l'article de la mort si rien n'est fait, le médecin entreprend toujours les mesures les plus sévères pour le sauver. Il n'a plus le choix. Nous en sommes malheureusement rendus là. Que ça M'afflige ! »
— Celui à la ceinture miroitante ajouta :

« On ne peut plus prendre les moyens que nous avons utilisés dans le passé à savoir les apparitions, les larmes de sang qui coulent d'une statue, etc. pour toucher leurs coeurs, pour leur manifester notre Bonté, leur déclarer aussi notre Existence.

« Ces anciens moyens n'ont plus d'effet trop accaparés que sont les humains avec leurs I-Pad, leurs I-Phone, leur Facebook, leur télévision pourrie, leurs jeux vidéos qui excitent leur agressivité sans qu'ils le sachent, leurs films pourris, leurs sports et divertissements de tous genres. Les bonnes familles n'existent pratiquement plus et chaque conjoint travaille comme un esclave lui laissant peu de temps pour penser à Nous... Ils préfèrent être sur leur I-Pad... S'ils comprenaient, les pauvres, qu'un I-Pad ne leur donnera jamais l'Amour qu'on veut leur donner... Que c'est triste...
— Celui qui portait la ceinture rouge sang ajouta :

« Peut-être que ça leur prend une femme pour les apprivoiser, le côté maternel peut mieux passer peut-être...
— Celui à la ceinture dorée répondit :

« C'est vrai... Mais la situation est tellement critique, le patient risque tellement de mourir d'un moment à l'autre qu'il nous faut procéder tout de même à des interventions chirurgicales drastiques. Il faut les sortir de leur engourdissement moral... Il faut leur enlever leur confort qu'on leur a donné et dont ils ne nous ont jamais remercié. Ils croient stupidement qu'ils ont tout mérité cela par eux-mêmes.

— Celui qui portait la ceinture rouge sang fit une proposition :

« On vient de jeter deux clés de solution sur la table pour redonner le bonheur qu'on désire pour l'humanité : la femme qui sera maternelle envers l'humanité mais aussi des interventions chirurgicales pour rendre attentive l'humanité à celle-ci. Ces deux clés sont complémentaires à la résolution de la situation de la terre qui, sans notre intervention, s'en va directement dans l'abîme.

« Par ailleurs, ça fait deux mille ans que vous Me voyez souffrir de voir comment Ma Mère est traitée par la très grande majorité des humains : mise de côté, méprisée, insultée. Vous le savez comme Moi : combien de fois ai-je entendu dire que Ma Mère a eu des amants, qu'elle n'est pas vierge, qu'elle a eu plusieurs enfants... Ah ! J'arrête ici, Je n'aime pas penser à ça...

« C'est simple : Je veux lui donner la place qu'Elle mérite et il reste si peu de temps pour le faire.

« Voici donc la proposition que Je vous fais : Marie, Ma Maman, aura deux rôles dès maintenant. Et il ne faut pas s'inquiéter de la qualité qu'elle apportera à l'accomplissement de ces deux rôles. En effet. Elle est plus intelligente que toutes les intelligences humaines réunies : passé, présent et à venir. Et Son Coeur est plus aimant que tous les coeurs humains réunis : passé, présent et à venir.

RÔLE # 1

«Un rôle d'avertisseur : Elle avertira l'humanité à l'avance des « diminutions de confort » que l'humanité vivra. On n'a pas le choix. Si le confort ne diminue pas, nos enfants vont demeurer engourdis pour leur propre perte. Tout comme depuis 2 000 ans, l'humanité ne portera guère attention à ses avertissements au début. Mais lorsqu'une succession d'événements annoncés par Elle surviendront, on va commencer à tendre l'oreille.

RÔLE # 2

«Un rôle protecteur : Entendons-nous pour confier à Marie toutes les faveurs que l'on voudrait donner ou exaucer de l'humanité. Il Nous faut passer absolument par Elle si on veut qu'elle soit reconnue à sa juste valeur.

On le voit clairement venir. L'humanité se donnera bientôt à elle-même des calamités sans nom. Et la nature y apportera, elle aussi, sa contribution du fait qu'elle vomit l'homme qui fait dos à Son Créateur tandis qu'elle L'honore toujours.

Dans toute cette macédoine de malheurs, l'homme orgueilleux et sans Dieu va commencer à plier les genoux. Dommage qu'il faut en arriver à ces remèdes en les laissant aller... Depuis des décennies, l'homme a tourné le dos au Ciel et lui a préféré l'enfer. Eh bien, il va l'avoir. Et ce ne sera pas dû à Nous. L'homme aura creusé sa propre fosse...

Si l'homme, en s'enfonçant, crie secours au Ciel, c'est là que Ma Mère interviendra... Lorsqu'Elle sera appelée... Les gens qui L'invoqueront alors, Lui parleront, La prieront, bénéficieront de Sa Protection dans tout ce contexte chirurgical.

« Encore ici, il y aura un genre de phénomène d'osmose qui répandra sa réputation rapidement. En voici un exemple :

« Il suffit d'imaginer un voisin abattu par la crise financière globale à venir qui se demande : « Pourquoi celui qui demeure à côté de chez moi garde le moral alors qu'il n'a pas plus d'argent qui vaille que moi ? Pourquoi ? »

« Il lui suffira de lui poser directement la question et ce voisin lui répondra : « C'est simple, je bénéficie de la meilleure et parfaite Assurance Protection au Monde, elle s'appelle Marie et, en ces temps difficiles, je prends toujours deux minutes dans mon fauteuil de salon pour lui parler : pour la remercier du pain que je lui avais demandé la veille pour ma famille et pour Lui expliquer mes problèmes si j'en ai de nouveaux.

« De fait, je lui confie tout : quand ça ne va pas, je lui décris en détails ce qui ne va pas et je lui DONNE mon ou mes problèmes. J'insiste sur le mot DONNER. Ce que ça veut dire, c'est que lorsque je quitte mon fauteuil de salon, je n'ai plus ces problèmes en tête. C'est naturel, je les Lui ai donnés, ils ne sont donc plus à moi. Je garde ainsi un bon moral. Ça ne coûte absolument rien d'être membre d' Assurance Protection au Monde. Le seul investissement nécessaire, c'est deux minutes dans ton fauteuil de salon.

« Mais si tu quittes ton fauteuil de salon encore préoccupé, dis-toi que c'est un signe que tu ne lui as pas tout DONNER tes problèmes. Tu as encore l'impression que tu es capable de les régler, du moins en partie, par toi-même. Deux choses se produisent alors en toi : 1) tu ne Lui fais pas confiance, Elle qui est un million de fois plus intelligente que toi 2) par ailleurs, Marie ressemble dans une telle situation (c'est une comparaison boiteuse) à un inspecteur d'incendie.

Si tu lui montres à cet inspecteur uniquement ton sous-sol alors que c'est toute ta maison qui a passé au feu, comment peut-il faire une bonne évaluation de tes dégâts. Marie a besoin de TOUT ENTENDRE pour t'assurer une bonne protection.

Et la ceinture rouge sang poursuit :

« Je vous assure que si un voisin s'en tire mieux qu'un autre grâce à Marie, la nouvelle va se propager rapidement et, enfin, oui enfin, Ma Maman sera reconnue par tous ceux et celles qui ne veulent pas être rebelles pour être juste rebelles envers Elle et le Ciel.

« Voici donc ce que je propose qui soit couché sur le procès-verbal de la réunion :

1) Que Marie soit l'unique canal d'information et d'avertissement des événements à venir

2) Que Marie dispose de tous nos pouvoirs et faveurs pour exaucer les hommes en ces temps difficiles à venir.

Le procès-verbal fut adopté à l'unanimité. La séance fut levée.

Dès que les Trois Personnes eurent quitté la salle, l'ange vint me chercher pour me ramener dans mon sommeil dans mon lit. Ce retour fut si rapide que j'ai compris que l'ange m'avait transporté à la vitesse lente lors de notre aller à la réunion.

vendredi 20 mars 2015

Quel sera le sort du Pape François ?

Favorable ? Défavorable ? Et quand ?



Un petit peu d'histoire avant d'accéder au plat principal...

Louis XIV

Le 17 juin 1689, du temps du Roi de France, Louis XIV, Sainte Marguerite-Marie d'Alacoque s'est fait dire par Jésus Lui-Même d'aller voir le Roi de France et de lui demander de consacrer la France à Son Sacré-Coeur et de l'afficher sur les drapeaux, sur les étendards, sur les bannières. Son Sacré-Coeur devait paraître partout...

Assez rare mais Sainte Marguerite-Marie d'Alacoque était reconnue comme une sainte de son vivant.

Deux rois ont suivi Louis XIV : Louis XV et Louis XVI. Et aucune consécration n'a jamais été faite.

CONSÉQUENCE

Le 17 juin 1789, soit 100 ans jour pour jour après, la Révolution Française délogeait le roi Louis XVI et tout le système de la royauté pour le remplacer par une République. Louis XVI fut décapité quatre ans plus tard.

Le plat principal maintenant...

En 1931, Jésus apparaît à Soeur Lucie, un des trois bergers ayant vu les Apparitions de Fatima. Jésus lui dit d'aller dire aux ecclésiastiques (à l'Église) de bien se souvenir comme il faut de ce qui est arrivé aux rois de France faute d'avoir consacré la France à Son Sacré-Coeur. Il pourrait leur arriver les mêmes malheurs. Hum ! C'est à prendre au sérieux... Ce n'est pas n'importe lequel quidam qui dit ça... C'est Dieu !

Mais cette fois-ci, Jésus faisait référence à la Consécration de la Russie par l'Église telle que Sa Mère l'a demandée aux enfants de Fatima et qui n'était pas encore faite. Chose certaine, il ne sera pas plus patient qu'à cette époque... Pourquoi le serait-il ? Pourquoi nous aurait-il donné cet exemple alors ? Il nous reste 938 jours avant l'échéance des 100 ans.

Une première petite considération ici : ne sommes-nous pas plus impatients de voir à ce qu'une réparation soit faite à nos enfants plus rapidement qu'à nous-mêmes ? Se pourrait-il alors que Jésus soit plus « impatient » (façon de dire) pour Sa Mère qu'il ne le fut pour Son Sacré-Coeur ? Quelles seront les conséquences pour l'Église ? Un schisme car l'Esprit Saint n'habite pas chez les désobéissants qui manquent de foi envers Sa Mère et Lui ?

Et le Pape François et ses prédécesseurs dans tout ça ? ...

Oh ! Qu'il y a de l'espoir que la Consécration de la Russie au Coeur Immaculé de Marie se fasse sous la papauté de François! Bien oui, il a dédicacé sa papauté à Notre-Dame de Fatima, ce n'est pas peu dire, non ?

Mais Jean-Paul II fut, lui aussi, très amoureux de Notre-Dame de Fatima : il est allé la visiter deux fois et a fait venir sa statue à Rome une fois. Et pourtant, pas de Consécration...

Jean-Paul II consacra, oui c'est exact, le « monde » à la Vierge de Fatima tant en 1982 qu'en 1984. Il ajouta un petit bout de texte à sa consécration de 1984 que les évêques n'avaient pas reçu dans leur lettre. En voici la teneur : « Illuminez spécialement les peuples desquels vous attendez notre Consécration et notre Offrande ». En s'exprimant ainsi le Pape, lors de son départ de Fatima, il a reconnu que la Vierge attendait encore la consécration demandée.

Les objections

1S 16 13 Samuel prit l'huile et en versa sur la tête de David
pour le consacrer, en présence de ses frères.
L'Esprit du Seigneur s'empara de David, et fut avec lui dès ce jour-là.

Le Prophète Samuel n'a pas consacré toute la famille de Jessé (père de David) à Bethléem, il avait 7 ou 8 fils dont le dernier, David, le plus jeune qui était à surveiller le troupeau. Non,Samuel, après avoir éliminé tous les frères plus âgés de David, a uniquement consacré David. Il l'a mis à part pour l'oindre et le consacrer. Car le mot « consacrer » veut vraiment dire « mettre à part et oindre ».

La Russie est le David moderne. Et tous les 6 papes qui ont passé depuis la demande de Maman Marie ont préféré consacrer la famille des nations, ou le monde si vous préférez, plutôt que la Russie comme telle. Bien sûr qu'ils se sont donnés un rationnel pour ce faire. Le voici donc : « Si nous consacrons le monde, la Russie en fait partie, non ? Donc la Russie est consacrée... »

Mais il y a une exception : Seul Pie XII a vraiment consacré de façon spéciale et unique la Russie mais il n'était pas en union avec tous les évêques. L'union spirituelle du pape avec tous les évêques est la deuxième condition essentielle et explicite mentionnée dans la demande de Maman Marie à Fatima.

Pourquoi demander le ralliement de tous les évêques autour du Pape ? Réponse : parce qu'Elle veut que cette consécration ait de l'impact auprès de toute la nation russe ! Juste une consécration par le Pape seul ne sera pas entendue par le peuple entier de la Russie, Elle le sait bien. Combien de fois le Pape parle et n'est pas écouté du tout. Mais si toute l'Église catholique s'y met, fidèles y compris, ça va avoir tout un impact.

Mais qu'est-ce qui empêche cette Consécration qui a l'air si simple pourtant ?

La Franc Maçonnerie ecclésiastique (parce qu'elle existe dans l'Église et au Vatican ! Don Gobbi nous en a amplement parlé et même des Cardinaux ont été démis parce qu'ils en faisaient partie) ne veut absolument pas que ça se fasse car ce serait signer leur propre arrêt de mort dans leur mission de détruire l'Église... Ils ne sont pas fous, ils en savent plus que la moyenne des catholiques sur la valeur de cette Consécration.

La peur du Vatican d'indisposer les Russes d'autant plus que le Vatican a signé un traité avec la Russie du temps du Cardinal Agostino Casaroli (1979-1990) alors Secrétaire d'État du Vatican (Ministère des Affaires Étrangères si vous préférez). Sans compter la peur que le Vatican générerait, selon lui, auprès des Orthodoxes russes.

Il semblerait que Jean-Paul II aurait été informé que son propre peuple polonais souffrirait s'il faisait la Consécration...

En somme des menaces partout et on semble oublier la phrase « Si Dieu est avec nous, qui peut être contre nous... ? » De plus, est-ce qu'il faut penser que Maman Marie nous demanderait de faire quelque chose qui nous conduirait tous au bûcher ? Où est la foi au Vatican ?

Revenons au sort du Pape François...

Le Pape François déclarait, en août 2014, à un magazine que Benoît XVI avait « ouvert la porte » à ce qui pourrait devenir une tradition, c'est-à-dire qu'un pape puisse démissionner avant de mourir. Lui-même affirmait qu'il ne lui restait qu'à peine deux ou trois ans de service...

Cette prévision incertaine de sa part pourrait devenir une prophétie certaine si la Consécration à la Russie n'est faite pas d'ici là. Ce ne serait pas de son propre gré qu'il démissionnerait en somme, ce serait d'autres qui le chasseraient tout comme ils ont fait avec Louis XVI. Le terme de cent ans approche... Et Jésus ne donne jamais de paroles en l'air; s'Il nous a mentionné l'exemple du Roi de France, c'est pour qu'on le prenne sérieusement en considération.

Cher Pape François, vous désirez quitter dans la dignité et l'honneur, faites la Consécration à la Russie sinon c'est tout le contraire qui va vous arriver...

Louis XVI ? Vous vous souvenez ?

mardi 17 mars 2015

L'homélie du Pape sur le Paralysé de Bethzatha, le 17 mars 2015... Agenda caché ?

Un long sommaire
pour vous réchauffer à une longue lecture !

Le Pape François ne montre aucun signe de renoncement à sa quête d'une nouveauté qui est la fameuse « approche pastorale », préconisée par le Cardinal Kasper — référez-vous en à la prestation de ce Cardinal d'une durée de deux heures lors du Consistoire extraordinaire sur la famille, le 21 février au Vatican; aucun autre membre n'a bénéficié de ce temps de présentation, le tout béni par le Pape bien entendu.

Les formules d'éloquence du Cardinal Kasper ferait rougir Démosthène lui-même tant elles sont bien plaquées pour justifier la communion des divorcés/remariés : « Il faut que l'Église change de paradigme. ». Ou encore : « La doctrine n’est pas une « eau stagnante » mais bien un « fleuve en mouvement » ». Et on en vient même à demander pourquoi les divorcés/remariés n'auraient pas accès à la communion alors que les criminels meurtriers reconnus coupables y ont droit...

WOW ! Ce n'est qu'un échantillon du rationnel sur les dogmes qui nous a été servi arrosé d'une sauce moderne... Et gare à vous si vous n'aimez pas leurs slogans, vous êtes un PHARISIEN... Oui, oui, un PHARISIEN !

Je simplifie ici l'orientation du Pape François : si on désire se comporter comme un bon berger qui va chercher la seule brebis hors du troupeau qui est prise dans la boue, c'est donc dire avoir une approche « pastorale », ce n'est pas le temps de considérer le dogme, les principes ou les règles...

Ce qui vous est présenté plus bas, c'est une emphase extraordinaire de l'approche « pastorale » amenée insidieusement par une belle homélie au détriment complet du dogme.

Tous ceux qui pensent au dogme sont des « pharisiens ». Eh oui ! la persécution commence.

À ce que je peux en comprendre, la Miséricorde est réduite au « laxisme » ou à la facilité si vous préférez. Il faudrait donc donner la communion à tout le monde, même aux Chinois Marxistes un coup parti. Et pourquoi pas aux Francs Maçons avérés. Je pousse ici l'extrême, vous le savez bien.

Ne l'oubliez pas lors de cette lecture : tout ceux et celles qui pensent un peu « dogme » sont pharisiens. Ça doit être vrai puisque le Pape le dit... Hum !

Mais y avez-vous pensé ? Si on néglige tant le Magistère de l'Église, il se pourrait que tout le troupeau se ramasse dans la boue... Ah ça, ils nous en parlent pas...


La « nouvelle approche pastorale » détruirait en pratique non seulement le dogme de l'indissolubilité du mariage mais aussi le respect de la dignité du Saint-Sacrement et, aussi, la notion même de péché mortel en tant que tel comme étant un obstacle à sa digne réception. Ce n,est pas moi qui l'affirme, c'est Jean-Paul II qui l'écrit et vous pouvez lire en bas de texte.

Voici le passage de l'Évangile de ce dit jour pour ceux qui ne l'auraient pas en mémoire. Nous verrons l'homélie du Pape ensuite.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

À l’occasion d’une fête juive, Jésus monta à Jérusalem. Or, à Jérusalem, près de la porte des Brebis, il existe une piscine qu’on appelle en hébreu Bethzatha. Elle a cinq colonnades, sous lesquelles étaient couchés une foule de malades, aveugles, boiteux et impotents. Il y avait là un homme qui était malade depuis trente-huit ans. Jésus, le voyant couché là, et apprenant qu’il était dans cet état depuis longtemps, lui dit : « Veux- tu être guéri ? » Le malade lui répondit : « Seigneur, je n’ai personne pour me plonger dans la piscine au moment où l’eau bouillonne ; et pendant que j’y vais, un autre descend avant moi. » Jésus lui dit : « Lève- toi, prends ton brancard, et marche. » Et aussitôt l’homme fut guéri. Il prit son brancard : il marchait ! Or, ce jour- là était un jour de sabbat. Les Juifs dirent donc à cet homme que Jésus avait remis sur pied : « C’est le sabbat ! Il ne t’est pas permis de porter ton brancard. » Il leur répliqua : « Celui qui m’a guéri, c’est lui qui m’a dit : “Prends ton brancard, et marche !” » Ils l’interrogèrent : « Quel est l’homme qui t’a dit : “Prends ton brancard, et marche” ? » Mais celui qui avait été rétabli ne savait pas qui c’était ; en effet, Jésus s’était éloigné, car il y avait foule à cet endroit.

Plus tard, Jésus le retrouve dans le Temple et lui dit : « Te voilà guéri. Ne pèche plus, il pourrait t’arriver quelque chose de pire. » L’homme partit annoncer aux Juifs que c’était Jésus qui l’avait guéri. Et ceux-ci persécutaient Jésus parce qu’il avait fait cela le jour du sabbat.


Voici une partie de son homélie qui donne à réfléchir. C'est le site ZENIT qui rapporte l'homélie dont le passage que voici :

« Un homme - une femme – qui se sent malade dans son âme, est triste, a fait de nombreuses erreurs dans la vie, à un certain moment, sent que les eaux bougent, réfléchit le Pape François : « il y a l’Esprit Saint qui met en mouvement quelque chose... Ah, je veux aller ! ...Il prend son courage à deux mains et il y va. Et combien de fois aujourd'hui il trouve les portes fermées dans les communautés chrétiennes: « Mais tu ne peux pas, non, tu ne peux pas… Tu t’es trompé, tu ne peux donc pas. Si vous voulez venir, venez à la messe du dimanche, restez là, mais ne faites pas plus ».

« Ce que fait l'Esprit Saint dans le cœur des gens, les chrétiens avec la psychologie des docteurs de la loi le détruisent », déplore le Pape.

Cependant, l'Église est « la Maison de Jésus et Jésus accueille. Mais pas seulement, il va aussi à la rencontre de ceux qui viennent à lui », continue le Pape. Et si les « gens sont blessés», « il les porte sur Ses épaules. Et cela s’appelle la Miséricorde », explique-t-il.

Dans cette période de Carême, « demandons … au Seigneur une conversion vers Jésus, une conversion à Jésus, une conversion à Sa Miséricorde », invite le pape, « ainsi la loi sera pleinement accomplie, car la loi est d'aimer Dieu et son prochain comme soi-même».

Cette homélie fut prononcée par le Pape François le 17 mars dernier à la Casa Santa Marta. Le Pape François y fait un appel à peine voilé concernant la remise en question d'une pratique de l'Église profondément enracinée dans la Révélation Divine.

Cette fois, il utilise l'Écriture pour dépeindre comme pharisiens ceux qui défendent la discipline bimillénaire que Jean-Paul II a affirmée. ( Voir ce que Jean-Paul II a écrit sur ce sujet en fin de texte. Vous allez voir que c'est l'eau et le feu entre ces deux papes sur ce sujet. ).

Le Pape François cite le récit évangélique du paralysé qui a finalement été guéri par Notre Seigneur, après de nombreuses années d'incapacité de se baigner dans la piscine de Bethzatha; des guérisons miraculeuses ont lieu lorsque ses eaux sont agitées par des anges, mais personne ne le portait à la piscine.

Le Pape François présente cette analogie tordue sur la façon dont les Pharisiens ont condamné la guérison effectuée par notre Seigneur parce qu'elle est survenue le Jour du Sabbat à notre situation actuelle, semble-t-il. C'est du moins ce que pense le Père Zühlsdorf qui écrit avec une irritation évidente et assez justifiée :

« Mais il me semble que le Pape François a créé un homme de paille: qui diable sont ces « docteurs de la loi » qu'il réprouve et assez fréquemment d'ailleurs ? Je pense qu'il veut parler de ceux qui soutiennent que les gens qui sont divorcés/remariés civilement ne devraient pas être admis à la sainte communion parce qu'ils vivent objectivement dans un état qui est incompatible avec notre compréhension de l'Eucharistie. »

Maintenant, le paralysé dans le récit évangélique n'était pas un pécheur qui a demandé pardon pour ses péchés, mais c'est plutôt quelqu'un a miraculeusement guéri d'une infirmité physique parce qu'il avait foi dans le Seigneur. Les pharisiens hyper-légalistes, qui s'opposaient à ce miracle fait le jour du sabbat, ne sont d'aucune comparaison avec les Catholiques — y compris Jean-Paul II, pour l'amour du ciel ! - Ils défendent la règle de l'Église enracinée dans le propre Enseignement de Notre Seigneur sur l'indissolubilité du mariage et au sujet de l'état d'adultère dans lequel ceux qui divorcent et se remarient prétendre vivre. En effet, notre Seigneur a reproché aux pharisiens leur dureté de cœur, précisément parce qu'ils avaient admis le divorce dans l'Ancienne Alliance. N'est-ce pas ironique ?

Le Pape François a ainsi retourné l'Écriture à l'envers dans ce qui peut être appelé une inversion diabolique du vrai message de l'Évangile. Il utilise l'Évangile pour condamner comme pharisiens ceux qui, en fait, s'opposent au genre de sophisme que les pharisiens utilisent pour justifier leurs divorces et que, maintenant, le Cardinal Kasper emploie maintenant pour plaider un « accomodement pastoral» des adultères publics qui souhaitent recevoir la Sainte Communion tout en continuant leurs relations adultères. Le Cardinal Kasper appelle cela de la « tolérance », ce qui ne peut être acceptée. C'est un non sens. C'est accepter ce qui ne peut être toléré. Quoi de plus pharisaïque que cette proposition absurde ?

Assez révélatrice cette remarque du Pape François à l'effet que les personnes vivant dans un état d'adultère sont traités injustement parce que, alors qu'ils peuvent assister à la messe, on leur dit d'« y assister mais de ne rien y faire » - Assister à la messe, n'est-ce pas d'une importance fondamentale à la foi ? Qu'est-ce que ces gens peuvent faire d'autre à la messe ? De toute évidence, le Pape François aimerait les voir recevoir le Saint-Sacrement, en violation de l'enseignement même Jean-Paul II qui a refusé d'abandonné cette règle. Encore faut-il savoir que le Pape François a autorisé tous ses prêtres de périphérie ( « curas villeros » ) de donner la communion à tous, même si 80 % de la population n'était pas mariée du temps qu'il était Archevêque de Buenos Aires. Il a aussi conseillé à au moins deux femmes en Argentine de le faire malgré une règle ecclésiale datant de vingt siècles, il l'écarte du revers de la main selon son bon plaisir.

Que pouvons-nous faire ? Saint Robert Bellarmin, célèbre Docteur de l'Église, a donné cette réponse devant cette caricature Protestante du Pape qui agit comme une sorte de dictateur absolu dont la volonté fait la loi et doit être obéie, peu importe ce qu'il commande:

Tout comme il est licite de résister au Pontife qui attaque le corps ainsi est-il aussi licite de lui résister quand il attaque les âmes ou détruit l'ordre civil ou par-dessus tout quand il tente de détruire l'Église. Je dis qu'il est licite de lui résister en ne faisant pas ce qu'il ordonne et en empêchant l'exécution de sa volonté. Il ne nous est pas permis, cependant, de le juger, de le punir ou de le destituer car ce sont des actes propres à un supérieur. (De Romano Pontifice II. 29.)

Notez bien: Bellarmin prévoit l'exemple d'un Pape qui « tente de détruire l'Église » et qui doit être résisté même si ses sujets ne peuvent pas le destituer. On peut résister non seulement en exprimant notre opposition à un pape entêté, mais aussi « en ne faisant pas ce qu'il commande et en empêchant l'exécution de sa volonté. » Car là même où le pape est concerné, « nous devons obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes (Actes 05:19). »

La perspective d'un Pape qui «tente de détruire l'Église » semble avoir adopter une réalité historique lors de ce pontificat. Le décor est désormais installé pour une résistance massive au Pape François s'il persiste dans son présent parcours. Les évêques d'Afrique et le pays d'origine de Jean-Paul II, la Pologne, ont déjà déclaré leur refus absolu d'aller de pair avec « l'ordre du jour Kasper. » Le Pape François continue néanmoins à le promouvoir sans relâche comme en fait foi cette homélie.

Sûrement que le Troisième Secret Intégral de Fatima a quelque chose à dire sur la situation absolument sans précédent qui nous confronte aujourd'hui.

Ah ce Nul ! Ce qu'il peut avoir de drôles de réflexions parfois ! Pourquoi les motions du Saint-Esprit, la troisième personne de Dieu infiniment parfaite, pourquoi ses motions si bien décrites par le Saint Père ne pousseraient pas les divorcés/remariés à la Confession plutôt qu'à la Communion ?

Je ne veux pas poser la question trop fort... L'intelligentsia vaticanaise pourrait me prendre pour un pharisien... Qui sait ?


Ce que disait Jean-Paul II
au sujet de la communion aux divorcés/remariés...

Hum ! Attachez vos bonnets avec de la broche !

Rappelons ce que Jean-Paul II a enseigné il y a 34 ans et qui est rejeté par le « Programme Kasper », qui est bien évidemment devenu l'ordre du jour du Pape François :

« L'Église réaffirme sa pratique qui est basée sur la Sainte Écriture qui est de ne pas admettre à la communion eucharistique les divorcés remariés. Ils sont incapables d'y être admis par le fait que leur état et leur condition de vie contredisent objectivement l'union d'amour entre le Christ et l'Église qui est signifiée et réalisée par l'Eucharistie. Outre cela, il y a un autre motif pastoral particulier: si ces personnes étaient admises à l'Eucharistie, les fidèles seraient conduits en erreur et en confusion concernant l'Enseignement de l'Église sur l'indissolubilité du mariage.Source : Exhortation Apostolique Familiaris Consortio, 1981.

Sans se soucier au plus point de cet enseignement constant du Magistère, qui constitue le fondement même de l'édifice moral de l'Église catholique et qui est la seule à défendre toujours cette pratique avec une parfaite intégrité, le Pape François continue - bizarrement - de remuer précisément ce que Jean Paul II a condamné.