mercredi 20 juillet 2016

1945 : Le miracle de Notre-Dame de Fatima à Hiroshima ou comment des Jésuites missionnaires Allemands survécurent à la bombe.


SOURCE : GOOGLE SITE

Le 6 août, à 1 h 45, un F 13 A décolle de la base de Tinian pour vérifier les conditions météorologiques au-dessus d'Hirôshima, Kôkura et Nagasaki. A 2 h 45, le B 29 "Enola Gay" décolle de Tinian avec la bombe "Little Boy", recouverte de signatures et d'injures à l'encontre du peuple japonais. 12 hommes dont 4 scientifiques sont à bord de l'avion. A 7 h 52, on annonce que le ciel d'Hirôshima est très dégagé.

A 8 h 31, les sirènes hurlent sur Hirôshima, lorsqu'apparaît le B 29 de reconnaissance météo. Mais on ne déclenche pas l'alerte côté japonais, car on pense qu'il s'agit juste d'appareils isolés de reconnaissance. A 9 h 15, le commandant Thomas Ferebee, bombardier de l'Enola Gay, déclenche le largage de la bombe nucléaire. Elle devra explosée à 555 m au dessus-du sol, pour éviter une radioactivité du sol trop importante. Deux autres B 29 largent leurs instruments scientifiques. 51 secondes s'écoulent entre le largage et l'explosion. Au retour, pendant 500 km, les aviateurs verront le champignon géant, qui en 2 minutes atteint 10 000 m d'altitude.


Au centre de l'explosion, il fait 300 000 degrés Celsius.
Au sol, 600 m plus bas, 3 000 degrés Celsius.

Dans un rayon de 3 km, 10 000 immeubles sont détruits par le souffle de l'explosion, 50 000 par les incendies. Hirôshima est alors coupée du monde, le gouvernement japonais ne sera mis au courant qu'en fin de soirée.

Jusqu'à 1 200 m du centre de l'explosion, les victimes meurent instantanément. Au-delà, la peau et les muscles protégèrent temporairement les organes internes.

Ce sont les radiations qui finirent le travail, puisque les soldats japonais chargés de ramasser les victimes, moururent en quelques semaines.

Pour en revenir au miracle, lors de l'explosion, un groupe de jésuites missionnaires allemands, fervents adeptes de la prière du Rosaire, furent ainsi épargnés de toute contamination radioactive et de toute destruction alors que leur maison était à 100 mètres du centre de l'explosion (ground zero). La maison typiquement japonaise dans laquelle ils se trouvaient, fut elle aussi épargnée.

Ils moururent bien des années plus tard (le Père Hubert Schiffer vécut jusqu'à l'âge de 63 ans, il était âgé de 30 ans au moment de l'explosion le 6 août 1945).

Bien sûr, quand on essaya de savoir, scientifiquement, comment ils s'en étaient sortis si bien portant, qu'on ne trouva pas pourquoi, et qu'ils expliquèrent que c'était grâce à leur prière quotidienne du Rosaire, les scientifiques ne les croyèrent pas. Le Père Schiffer dira plus tard : «Ils n'ont toujours rien compris ».

Ils vécurent longtemps, sans perte d'audition ou de vue quelconque dûes aux radiations à long terme, ou de maladies inhérentes à l'explosion.

« Nous pensons que nous avons survécu parce que nous vivions le message de Fatima. Nous avons vécu et prié le Rosaire quotidiennement dans cette maison. Plus de 55 ans plus tard, les scientifiques sont absolument incapables de fournir une explication plausible ».

Les Jésuites expliquent, à juste titre, avoir reçu une sorte de "bouclier de protection" de la Sainte Vierge contre les rayonnements et leurs effets sur le court et long terme.

Le même cas se produira à Nagasaki, avec le couvent franciscain de Saint Maximilien Kolbe, où les frères priaient là aussi quotidiennement le Rosaire. Ce qui correspond exactement aux paroles de la Vierge Marie à Saint Dominique et Alain de la Roche : « Celui qui se confie en moi par le Rosaire, ne périra pas", ou encore "Ceux qui propageront mon Rosaire seront secourus par moi dans toutes leurs nécessités ».

Voici le même récit traduit de l'anglais avec le témoignage du frère.

Il y avait huit blocs (environ 1 km) de distance d'où la bombe a explosé à Hiroshima. Cette maison avait une église , qui a été complètement détruit, mais la maison a survécu, et c'est là que les huit missionnaires jésuites allemands priaient le chapelet dans cette maison fidèlement chaque jour. Ces hommes étaient des missionnaires pour le peuple japonais, ils étaient des non-militaires, mais parce que l'Allemagne et le Japon étaient des alliés pendant la Seconde Guerre mondiale, ils ont été autorisés à y vivre.

Non seulement ils survivent tous avec des blessures relativement mineures, mais ils ont tous vécu bien après cette terrible journée sans craindre la radioactivité, pas de perte de l'ouïe, ou de tout autre défauts ou les maladies de longue durée. Naturellement, ils ont été interrogés à plusieurs reprises (Fr. Schiffer, un survivant, a été interviewé plus de 200 fois) par les scientifiques et les gens des soins de santé au sujet de leur expérience remarquable et ils disent "nous croyons que nous avons survécu parce que nous vivions le message de Fatima. Nous avons vécu et prié le chapelet quotidien dans cette maison. "

Bien sûr, les scientifiques sont sans voix et incrédule à cette explication - et ils sont sûr qu'il ya une «réelle» explication - mais en même temps, plus de 55 ans plus tard, les scientifiques sont encore absolument abasourdis quand il s'agit de trouver un scénario plausible pour expliquer leur survie.

A 02h45, le 6 août 1945, un bombardier B-29 a décollé de l'île de Tinian pour jeter la première bombe atomique sur le Japon. A 08h15 la bombe a explosé huit blocs ville de l'église des Jésuites de l'Assomption de Notre Dame à Hiroshima. Un demi-million de personnes ont été anéantis. Toutefois, l'église et quatre pères jésuites qui y sont stationnées ont survécu:

Pères Hugo Lassalle, Kleinsorge, Cieslik et Schiffer. (Note RH - tous les comptes indiquent clairement qu'il y avait huit Jésuites stationnés dans cette maison et non quatre - et il est bien connu que tous les huit ont survécu - l'auteur de ce présent article, apparemment n'avait que le nom de quatre d'entre eux, par exemple Fr . Arrupe est laissé hors de la liste - et à ce jour, je n'ai pas été capable de trouver les noms des trois autres jésuites fin de note)

Selon les experts, ils « devraient être morts », étant dans un.mile du rayon de l'explosion. Neuf jours plus tard, le 15 août, fête de l'Assomption de Notre Dame, les forces américaines ont ordonné de cesser le feu.

(Ceci est l'histoire incroyable de la fin du Ve. Hubert Schiffer, comme racontée par le père. Paul Ruge.) J'ai rencontré le Père. Schiffer dans la fin des années 70 à l'aéroport de Tri-City à Saginaw, Michigan, comme il allait donner une conférence pour la neuvaine Blue Army / Triduum. Comme j'étais son chauffeur , il me racontait des histoires de sa vie, surtout de l'explosion atomique à Hiroshima.

Dans la matinée du 6 août 1945, il venait de terminer la Messe, est allé dans le presbytère et s'est assis à la table du petit déjeuner, et venais de couper en tranches un pamplemousse, et venait de mettre sa cuillère dans le pamplemousse quand il y eût un flash lumineux de lumière. Sa première pensée fut que c'était une explosion dans le port (c' était un grand port où les Japonais ravitaillaient leurs sous-marins.)

Puis, dans les mots du Père. Schiffer: « Soudain, une terrible explosion emplissait l'air avec un coup de tonnerre éclate Une force invisible me fit lever de la chaise, me plongea dans l'air, me secoua, me battut, me fit tourbillonner comme une feuille dans une rafale du vent d'automne ».

Puis tout a été plongé dans l'obscurité . Je n'étais pas inconscient, parce que j'essayais de penser à ce qui s'était passé. Avec mes doigts, je me suis senti dans l'obscurité totale. J'ai pensé que j'étais mort! Puis, j'ai entendu ma propre voix. Ce fut l'expérience la plus effrayante de toutes. Il m'a montré que j'étais vivant, et a grandi en moi la terrible certitude qu'un terrible désastre était arrivé .http://www.gnadenquelle.de/hiroshima.htm

« La prochaine chose qu'il se rappelait, il ouvrit les yeux et il était couché sur le sol. Il a regardé autour et il n'y avait rien dans n'importe quelle direction: la gare et des bâtiments dans toutes les directions avaient été rasés.

Une journée entière a passé ,mes trois frères et moi étions dans cet enfer de feu, de fumée et de rayonnement jusqu'à ce nous fumes finalement trouvé par les sauveteurs et secourus. Bien que nous étions tous mal, mais par la grâce de Dieu nous avons survécu ».
http://www.gnadenquelle.de/hiroshima.htm

Le seul préjudice physique pour lui était qu'il pouvait sentir quelques morceaux de verre dans le dos de son cou. Aussi loin qu'il pouvait dire, il n'y avait pas physiquement mal . Plusieurs milliers de gens ont été tuées ou mutilées par l'explosion.

Après la conquête par les Américains, les médecins de l'armée et les scientifiques lui ont expliqué que son corps allait commencer à se détériorer en raison de la radiation. Beaucoup de japonais avait des cloques et des plaies de la radiation. À la stupéfaction des médecins, le corps du Père. Schiffer ne contenait pas de rayonnement ou de mauvais effets de la bombe.

Fatima 1917

Fr. Schiffer attribue cette dévotion à la Très Sainte Mère, et sa prière quotidienne du Rosaire de Fatima. Il sentit qu'il avait reçu un bouclier protecteur de la Vierge qui l'a protégé de tous les rayons et les mauvais effets. (Cela coïncide avec le bombardement de Nagasaki où saint Maximilien Kolbe avait établi un couvent franciscain qui a également été indemne, par une protection spéciale de la Très Sainte Mère, et les Frères avaient prié le Rosaire quotidien )

Nagasaki et le couvent franciscain de Saint Maximilien Kolbe,