dimanche 4 juin 2017

Ne vous inquiétez pas...
Le Pape Noir est juste un symbole du zeitgeist

[ zeitgeist = esprit de ce temps ]






par : Dr. Jeff Mirus ( Droit Canon)
Le 2 juin 2017

SOURCE : Catholic Culture





J'ai ajouté le responsable de la Société de Jésus à ma liste de personnes présumées qui ne peuvent être réelles. Ce n’était pas suffisant que le Père Arturo Sosa Abascal ait insisté en février pour que nous devions discerner le sens des enseignements du Christ par nous-mêmes et que le Saint-Esprit pourrait nous conduiee à une compréhension qui diffère des enseignements de l'Église Catholique. Maintenant, le Pape Noir a déclaré que les Chrétiens « ont formé des figures symboliques comme le diable pour exprimer le mal » qui peut simplement être un produit de l’environnement social de quelqu’un. Auparavant, j'avais pensé que le Supérieur Général des Jésuites s'appelait le « Pape Noir » en raison de la couleur de son habit. Mais qu'est-ce qui pourrait être plus évident que le « Pape Noir » soit en fait un autre de nos symboles du mal ?

Quoi qu'il en soit, le Père Sosa Abascal semble avoir oublié, comme notre Seigneur l'a dit à Pierre, que Satan a demandé de pouvoir vous passer tous au crible comme on le fait pour purifier le grain (Luc 22, 31). De quelle autre manière devons-nous expliquer les efforts constants du Père Sosa Abascal à saper l'enseignement de l'Église et même les Paroles du Christ, en les traitant comme des déclarations culturellement conditionnées contenant seulement un noyau de sagesse, à être discernées et réinterprétées selon nos propres idées culturelles ? Ce mode d'argument est du classique Modernisme. L’affirmation Moderniste est à l’effet que les différents points de la Révélation de Jésus-Christ ne signifient pas ce que l'Église a historiquement tenu à faire entendre car nous percevons toujours la réalité divine à travers la lumière de notre propre culture humaine. Plutôt, à chaque époque, le Saint-Esprit nous guide vers une nouvelle appropriation des Paroles du Christ nous permettant de saisir et d'exprimer la Doctrine et la morale Chrétiennes conformément à nos propres valeurs culturelles.

Il n'est pas surprenant que le Modernisme ait l'effet immédiat de baptiser les maux caractéristiques de la culture humaine actuelle et de les proclamer bons. Pour le Moderniste, la clé pour comprendre la Révélation de Dieu Lui-Même n'est pas l'Écriture, la Tradition ou le Magistère de l'Église, mais le zeitgeist. Il est difficile d'imaginer une idéologie plus pratique pour quiconque préfère « aller avec le courant » plutôt que de nager contre les courants de ce monde. Mais comme l'a souligné G. K. Chesterton, ce ne sont que les morts qui ne font que dériver en aval.

Il semble donc probable que le Père Sosa Abascal n'est pas une véritable personne en chair et en os, mais un symbole de l'esprit de cet âge. Cet esprit mondain résiste toujours à la Révélation Divin, précisément parce que les vérités que Dieu révèle transcendent toujours la culture humaine. Pour le monde, cela est inacceptable. Cela signifie que la culture humaine, y compris la culture mentale des théologiens universitaires mondiaux, ne peut jamais avoir le dernier mot.

Nous sommes faits pour la Révélation

Pour être justes, nous devrions reconnaître que Dieu se révèle à nous-mêmes par l'intermédiaire de notre humanité. Ça fait partie de la nature particulière de la Révélation que Dieu utilise diverses formes humaines pour nous familiariser avec ce qui est au-delà de l'humain. Il a formé la culture Juive sur une longue période pour ce but précis. Beaucoup plus spectaculairement, Dieu Lui-Même a effectivement pris une nature humaine afin que, en connaissant Jésus-Christ dans la chair, nous puissions connaître le Père. Il ne fait aucun doute que ce qui est révélé par Dieu se révèle par la Chair de Dieu Incarné. Il convient donc que notre appropriation de la Révélation de Dieu soit aussi un processus d’incarnation — ou comme on pourrait le dire plus souvent maintenant, un processus sacramentel.

Cela continue dans la mission de l'Église. Comme Dieu, l'Église profite de nos habitudes mentales et psychologiques aussi humaines pour nous apprendre à voir au-delà vers Lui. Mais l'objet de l'exercice est la transformation de nos vies en Christ, qui comprend la transformation de nos esprits par les vérités immuables que Dieu a révélées. Ces vérités révélées ne varient pas et Dieu ne change pas non plus. Beaucoup de théologiens modernes confondent les moyens de communication avec les résultats de cette communication. Ils oublient également que la personne humaine est capable de transcender la culture et même, en un sens, de transcender son propre soi. L'âme humaine a cette capacité, exercée par les opérations de l'intellect et de la volonté.

Nous voyons cela dans l'Écriture, qui est remplie de références à nos esprits, qui peuvent être ancrées soit dans les réalités mondaines, soit dans les réalités célestes. Dieu nous a créés avec des âmes rationnelles, contrairement aux animaux qui dépendent entièrement de leurs sens, ce qui, naturellement, les rend totalement liés à la culture. En revanche, c'est le génie humain capable de transcender la culture humaine même si fortement influencé par elle : concevoir de nouvelles façons de penser les choses, sonder les réalités métaphysiques, méditer sur les Oeuvres et la Volonté de Dieu afin d’aspirer à la gloire céleste.

En d'autres termes, nous ne sommes pas du tout voués à redéfinir nos conceptions du bien et du mal comme le font les laïcistes, en fonction entièrement des changements culturels comme si nous n'étions pas faits à l'image et à la ressemblance de Dieu. Au lieu de cela, ce sont précisément ces qualités transcendantes de l'âme — je veux dire toutes les qualités de l'intellect et de la volonté — qui nous permettent de percevoir la différence entre le bien et le mal et d'agir en conséquence. Pourtant, il n'y a jamais eu de théologien Moderniste qui n'a pas cherché à changer la moralité Catholique pour accommoder les péchés à la mode de la culture laïque dominante dans laquelle il vivait. Ce n'est pas surprenant que le Pape Saint Pie X appelle le Modernisme « la synthèse de toutes les hérésies ».

Changement et renouvellement

Changer nos esprits avec chaque changement culturel est un déni plat de notre propre transcendance. Au lieu de cela, nous sommes appelés à vivre en union avec Dieu grâce au renouvellement de notre esprit. Saint Paul a beaucoup écrit sur ce thème. Il nous a exhorté à ne pas perdre courage, car « même si notre être physique se détruit peu à peu, notre être spirituel se renouvelle de jour en jour ». (2 Corinthiens 4:16). En fait, le Saint-Esprit pourrait bien avoir pensé à beaucoup de nos théologiens contemporains, voire au Père Sosa Abascal en particulier, lorsqu'il a inspiré l'Apôtre aux Gentils d’avertir les Colossiens: « Ne vous mentez pas les uns aux autres, car vous avez abandonné votre vieille nature avec ses habitudes et vous vous êtes revêtus de la nouvelle nature : vous êtes des êtres nouveaux que Dieu, notre Créateur, renouvelle continuellement à son image, pour que vous le connaissiez parfaitement ». (Col 3: 9-10). La vie à laquelle nous sommes appelés n'est pas une vie de culture mondaine, mais une vie transformée en Christ. Revenons maintenant à Saint Paul une troisième fois :

« Voici donc ce que je vous demande avec insistance au nom du Seigneur : ne vous conduisez plus comme les païens que leurs pensées mènent au néant. Ils refusent de comprendre ; ils n'ont aucune part à la vie qui vient de Dieu, parce qu'ils sont complètement ignorants et profondément endurcis. Ils ont perdu tout sentiment de honte ; ils se sont livrés au vice et commettent sans aucune retenue toutes sortes d'actions impures. Ce n'est pas là ce que vous avez appris au sujet du Christ ! Vous avez certainement entendu tout ce qui le concerne, et on vous a enseigné, en tant que Chrétiens, la vérité qui est en Jésus. Vous devez donc, en renonçant à votre conduite passée, vous débarrasser de votre vieille nature que ses désirs trompeurs mènent à la ruine. Il faut vous laisser complètement renouveler dans votre coeur et votre esprit. Revêtez-vous de la nouvelle nature, créée à la ressemblance de Dieu s et qui se manifeste dans la vie juste et sainte qu'inspire la vérité ». [Eph 4 : 17-24]

Il y a peu de choses à dire de plus. Il n'y a pas d'avenir à nous permettre d'être induits en erreur par le Supérieur Général des Jésuites à abandonner le Christ. Certes, il est préférable de voir le Pape Noir, plutôt que le diable lui-même comme un symbole ombragé. Notre Seigneur a témoigné à plusieurs reprises de l'existence de Satan : « Je voyais Satan tomber du ciel comme un éclair » a-t-il dit, et ainsi « je vous ai donné le pouvoir d'écraser toute la puissance de l'ennemi ... » (Luc 10, 18-20). C'est ce qui rend toute cette discussion si étonnante. Car nous savons que Satan veut simplement être considéré comme un symbole pour cacher sa réalité. Mais il semble absolument impossible que le Père Sosa Abascal puisse être réel du tout.