dimanche 18 juin 2017

Pas tous les styles de vie qui sont pécheurs




Par: Phil Lawler

Phil Lawler a été journaliste Catholique depuis plus de 30 ans. Il a édité plusieurs revues Catholiques et écrit huit livres. Fondateur de World Catholic News, il est le directeur des nouvelles et analyste en chef à CatholicCulture.org.

SOURCE : Catholic Culture
Le 14 juin 2017


« Presque tous les styles de vie de chacun sont pécheurs » a déclaré le Père James Martin au New York Times.

Cette déclaration est scandaleuse. Dans un monde sain, les Supérieurs Jésuites du Père Martin l’obligeraient à s'excuser.

Nous sommes tous des pécheurs ; nous sommes tous pécheurs. Mais nous ne sommes pas tous engagés dans des styles de vie pécheurs.

Les mots maladroits « styles de vie » compliquent les choses ici. Dans sa conversation avec le New York Times, le Père Martin parlait — comme il le fait si souvent — du style de vie homosexuel. Mais comment peut-on généraliser le « style de vie » des homosexuels, sauf par référence aux activités homosexuelles qui sont pécheresses ?

En revanche, une personne seule vivant une vie chaste n'est pas engagée dans un style de vie pécheur. Une religieuse cloîtrée, ses activités quotidiennes structurées par les rythmes de prière, n'est pas engagée dans un style de vie pécheur. Ni non plus les gens mariés qui sont fidèles à leurs conjoints et à leurs enfants.

Est-ce que tous ces gens sont pécheurs ? Certainement. Mais ce n'est pas leur mode de vie, leur « style de vie » — si nous devons utiliser ce terme — qui est pécheur. Tous les « styles de vie » ne sont pas égaux aux yeux de Dieu. Le mariage, la prêtrise et la vie religieuse ne sont pas des choix de « style de vie » neutres. Ils sont intrinsèquement bons, bénis, voire sacramentels. Qu’un prêtre Catholique suggère autrement est, encore une fois, scandaleux.

Il est possible, je suppose, que la personne seule et chaste puisse vendre des drogues illégales ou que le conjoint fidèle pourrait détourner les fonds d'entreprise. Ensuite, il serait juste et précis de dire qu'ils se sont engagés dans des modes de vie pécheurs. Et alors, ce serait honnête et juste pour les pasteurs de les confronter et d'exiger qu'ils changent leurs voies.

Dans le cas décrit dans l'histoire du New York Times, le Cardinal Joseph Tobin a accueilli les homosexuels à la Cathédrale de Newark. Le Cardinal a rejeté comme « déloyale » la notion qu'il pourrait peut-être mettre au défi les visiteurs homosexuels de vivre selon les enseignements du Christ. « Il était approprié d'accueillir les gens pour qu’ils viennent et prient et, aussi, de les appeler ce qui ils étaient » a-t-il déclaré. « Et plus tard, nous pourrons parler ».

Mais quand arrivera-t-il ce « plus tard » et qu'est-ce qui se passera si et quand cette conversation se déroule finalement ?