mercredi 12 juillet 2017

La liste de A à Z des préoccupations
avec le Pape François





Par John-Henry Westen

SOURCE : Life Site News
Mardi, 11 juillet 2017 - 3:43 pm EST


11 juillet 2017 (LifeSiteNews) — La confusion causée par le Pape François dans l'Église Catholique est hors de contrôle. Il y a eu tellement d'incidents au cours des quatre dernières années que les détails, malgré leurs graves dommages, sont souvent oubliés. Dans un effort pour encourager la prière pour mettre fin à la confusion et à la désorientation dans l'Église, LifeSiteNews présente la liste suivante des préoccupations de A à Z avec le Pape François.

Amoris Laetitia

Le document attendu si longtemps pour apporter les éclaircissements nécessaires du Pape a plutôt servi à accroître la confusion dans le monde entier car le Pape lui-même a approuvé des interprétations (Malte, Allemagne) qui ont permis de donner la Sainte Communion aux Catholiques divorcés/remariés.

Démotion du Cardinal Burke

Le Cardinal Raymond Burke a été retiré de l'une des plus hautes fonctions de l'Église, en tant que juge suprême du plus haut tribunal de l'Église. Au lieu de cela, il fut donné à ce Cardinal des plus fidèles une position largement symbolique à l'Ordre de Malte et. même là, son rôle a été dépouillé.

Cohabitation

Le Pape François a déclaré que les « cohabitations » accompagnées de fidélité sont « un véritable mariage » et « ont la grâce du vrai mariage ». À une autre occasion, lorsque le Pape a fait des remarques similaires, le confrère papal, le Père Antonio Spadaro, a tweeté une photo du Pape saluant un couple qui « préfère vivre ensemble sans se marier ».



Le Cardinal Danneels

Le Cardinal Godfried Danneels, l'Archevêque émérite de Bruxelles, était une nomination personnelle du Pape François aux Synodes des Évêques sur la famille. En plus de porter des vêtements liturgiques arc-en-ciel et d'avoir été enregistré à son insu sur une cassette où il dissimule des abus sexuels, Danneels a déclaré en 2013 concernant la législation du « mariage » gay : « Je pense que c'est un développement positif que les États soient libres d'ouvrir le mariage civil aux homosexuels s'ils le souhaitent ».

Emma Bonino

Le Pape appelle la première promotrice en importance de l'avortement en Italie comme l'une des « grandes oubliées » de la nation. Dans une interview accordée à Corriere Della Sera, le Pape François a loué l'avorteuse et la promotrice de l'avortement non repentante de l'Italie, Emma Bonino, comme l'un des « grandes oubliées » de la nation, en la comparant à d'excellents personnages historiques tels que Konrad Adenauer et Robert Schuman.

Premier document provisoire du Synode

La relatio scandaleuse de mi-parcours du premier Synode sur la Famille a été vue et approuvée pour sa publication par le Pape selon le Cardinal Lorenzo Baldisseri, secrétaire général du Synode des Évêques. « Les documents ont tous été vus et approuvés par le Pape » a déclaré M. Baldisseri. Dans une section intitulée « Accueillir les personnes homosexuelles », le document déclare : « Les homosexuels ont des dons et des talents à offrir à la communauté Chrétienne ». Le document demande alors : « Nos communautés sont-elles capables de leur fournir une maison accueillante, d'accepter et de valoriser leurs orientation sexuelle, sans compromettre la Doctrine Catholique sur la famille et le mariage ? »

Un couple aux genres confondus au Vatican

Le 2 octobre 2016, le Pape François s'est référé à une femme qui a subi une opération de changement de sexe pour devenir un « homme ». Il s’est référé à elle comme étant « mariée » à une autre femme et a admis les avoir invités et les avoir reçus au Vatican en 2015, en décrivant le couple comme étant « heureux ». Clarifiant son utilisation des pronoms, le Pape a déclaré : « Celui-ci qui était elle, mais qui est « il » ».



Contrôle de la population au Saint-Siège

À peine peu de temps après l'élection du Pape François, il y a eu un courant régulier de promoteurs effrénés du contrôle de la population faisant des conférences au Vatican. Il s'agit notamment de Paul Ehrlich, le père du mouvement sur le contrôle de la population ; John Bongaarts, vice-président du Conseil de la Population pro-avortement ; le Secrétaire général pro-avortement Ban Ki-Moon de l’ONU ; et les contrôleurs de population Jeffrey Sachs et John Schellnhuber. Le chef du Conseil Pontifical pour les Sciences du Vatican, Mgr Marcelo Sorondo, qui a dirigé la plupart de ces conférences, est lui-même un défenseur du contrôle de la population en disant devant caméra lors d’une telle conférence du Vatican que limiter les naissances était une obligation de l'Église.

Irresponsable d'avoir 8 enfants ?

Le 19 janvier 2015, en parlant de la parentalité « responsable », le Pape a mis en garde contre les Catholiques qui sont « comme des lapins ». Le Pape a parlé d'une femme qu'il connaît qui, selon lui, était enceinte de son huitième enfant après avoir eu les sept premiers par césarienne. Il a dit qu'il l'avait « réprimandée » en disant : « Mais voulez-vous laisser sept orphelins ? C'est tenter Dieu ! » « C'est une irresponsabilité. [Cette femme pourrait dire] non, mais j'ai confiance en Dieu ». Mais Dieu vous donne des méthodes pour être responsable » a-t-il déclaré.

« Certains pensent que, pardonnez-moi si j'utilise ce mot, qu’afin d’être de bons Catholiques, nous devons être comme des lapins ». Il a ajouté : « Non. Une parenté responsable ! »

Juge - Qui suis-je pour ... ?

En dépit de l'avalanche de preuves des préjudices pour l'Église de la première remarque du Pape « Qui suis-je pour juger ? » sur son envolée en 2013, il a répété la même tirade en juin 2016 tout en déformant le Catéchisme sur l'homosexualité.

Kasper

Quelques jours dans son pontificat, le Pape François a loué l'un des livres du Cardinal Kasper et a ensuite choisi Kasper pour prononcer le discours controversé pour lancer les Synodes sur la famille. Kasper a été choisi comme candidat personnel du Pape aux Synodes et rencontre régulièrement le Pape François. Kasper a défendu le vote des Irlandais en faveur des « mariages » homosexuels, en disant : « Un État démocratique a le devoir de respecter la volonté du peuple ; et il semble clair que, si la majorité des gens veulent de telles unions homosexuelles, l'État a le devoir de reconnaître ces droits ».

Luther et le péché grave de se convertir

Le Pape a parlé lors d’une audience devant une statue de Luther au Vatican juste avant son départ en Suède pour aider à lancer le 500e anniversaire du Luthéranisme. Le Vatican a publié un timbre avec Luther et a publié un document indiquant que les Catholiques reconnaissent maintenant Martin Luther comme un « témoin de l'Évangile ».

À une autre occasion, il a déclaré qu'il s'agissait d'un « péché très grave » de tenter de convertir les orthodoxes au Catholicisme : « C’est un péché très grave contre l'œcuménisme : le prosélytisme ».

Multiplication des pains

Au cours de l'Angélus du 2 juin 2013, il a parlé du miracle du Christ de la multiplication des pains et des poissons par le « partage ». « Voilà le miracle : plutôt qu'une multiplication, c'est un partage inspiré par la foi et la prière » a-t-il déclaré. Il a été encore plus explicite en juillet 2015 dans une homélie prêchée à la Place du Christ le Rédempteur en Bolivie. Le Pape François a déclaré : « C'est ainsi que le miracle a lieu. Ce n'est pas de la magie ou de la sorcellerie. ... Jésus a réussi à générer un courant parmi ses disciples : ils ont tous continué à partager ce qui leur appartenait en le transformant en dons pour les autres ; et c'est ainsi qu'ils ont comblé leur faim. Incroyablement, il est resté de la nourriture : ils l'ont rassemblée dans sept paniers ».

Crier des noms contre les fidèles

Le Pape François a souvent fustigé les fidèles adhérents à la Foi Catholique comme des « obsédés », des « médecins de la loi », des « néo-pélagiens », des « auto-référentiels », des « restaurationistes », des « fondamentalistes », des « rigides », des « idéologues », des « hypocrites » et beaucoup plus. En s'adressant aux Cardinaux fidèles lors du Synode de la Famille, dans des entretiens de magazines, dans des entretiens de livres, dans des interviews radio, dans des documents officiels de l'Église et au cours de ses homélies après homélies, il a utilisé un langage de condamnation indiquant qu'ils sont des « idolâtres et des rebelles qui n'arriveront jamais à la plénitude de la vérité » et « des hérétiques et non des Catholiques ».

Révision du dicastère du Cardinal Sarah

Le Cardinal Sarah, responsable du dicastère liturgique du Vatican, a appelé les fidèles à s'agenouiller pour recevoir la Sainte Communion et les prêtres à faire face ad orientem ( note : vers le Levant, l’Est ou l’Orient qui est le point d’origine de Jésus à son retour ) lors de la Messe. Le Pape François a réagi rapidement pour contrer la suggestion, il a fait en sorte que le Bureau de Presse du Vatican publie une déclaration disant qu'il n'y avait pas de changement et il faisait souligner que la forme ordinaire est à préférer. Peu de temps après, le Pape remplaçait la plupart des collaborateurs du Cardinal Sarah dans son dicastère par des libéraux.

Les scandales de l'Académie Pontificale pour la Vie

Le Pape François a nommé l'Archevêque controversé Vincenzo Paglia pour diriger l'Académie Pontificale pour la Vie malgré des scandales tels que le programme d’éducation sexuelle du Vatican et la peinture homo-érotique qu'il a érigée dans son ancienne cathédrale. Par la suite, tous les membres de l'Académie ont été remerciés, la promesse pro-vie sous serment a été interrompue et une nouvelle liste de membres ont été appelés incluant des défenseurs anti-vie.

Sélection « gay » de Cupich

En 2014, le Pape François a nommé Mgr Blase Cupich comme Archevêque de Chicago malgré sa réputation de dire aux prêtres de ne pas adhérer aux « 40 Jours pour la Vie » ( note : plus important ralliement et/ou mobilisation internationale pour la vie). Après avoir démontré sa dissidence à l'enseignement Catholique sur l'homosexualité, disant qu’on devrait donner la Sainte Communion aux couples homosexuels, Cupich a néanmoins été nommé Cardinal.

Refus de répondre aux dubia

Après une énorme confusion autour du globe sur la Communion pour les adultères, Quatre Cardinaux proéminents ont adressé au Pape François une lettre le 19 septembre 2016 demandant des éclaircissements sur cinq questions clés. Deux mois plus tard, n’ayant reçu aucune réponse, ils ont rendu publiques leurs questions et ont humblement supplié le Pape d’obtenir une réponse pour le bien de l'Église. Malgré les plaidoyers des théologiens, des universitaires du monde entier et des dizaines de milliers de fidèles et de clercs, le Saint-Père a refusé de répondre. Le 25 avril, les Cardinaux ont officiellement demandé au Pape une rencontre privée pour discuter de la question, mais après n’avoir même pas reçu la courtoisie d'une réponse, ils ont publié leur lettre le 19 juin.

Entretiens de Scalfari : « Anéantissement » des âmes plutôt que l'enfer ?

En mars 2015, lors d'un entretien avec le fondateur de La Repubblica, Eugenio Scalfari, le Pape a suggéré que personne ne pouvait aller en enfer et proposait un anéantissement pour ceux qui rejettent complètement Dieu. L'article dit : « Qu'arrive-t-il à cette âme perdue ? Sera-t-elle punie ? Et comment ? La réponse de François est distincte et claire : il n'y a pas de châtiment, mais l'anéantissement de cette âme ».

Il y a eu une certaine controverse concernant cet interview de Scalfari dans Repubblica. Le Vatican ne le confirme ni ne le nie dans ses parties spécifiques, mais il l'a néanmoins publié dans le journal du Vatican et sur le site du Vatican. Il l'a ensuite supprimé du site Web, seulement pour le republier à nouveau, puis le supprimer à nouveau. Les observateurs du Vatican ont comparé la partie la plus controversée à propos de l'impossibilité des personnes d’aller en enfer pour toute l'éternité à la déclaration de la dernière Exhortation du Pape Amoris Laetitia dans laquelle le Pape a déclaré : « Personne ne peut être condamné pour toujours parce que ce n'est pas la logique de l’Évangile ! »

Accablement des jeunes traditionalistes

« J'essaie toujours de comprendre ce qui est derrière les gens qui sont trop jeunes pour avoir vécu la liturgie préconciliaire et pourtant ils la veulent encore » a déclaré le pontife dans une interview de novembre 2016. « Parfois, je me sens confronté à une personne très stricte, avec une attitude de rigidité. Et je me demande : pourquoi tant de rigidité ? Creusez, creusez, cette rigidité cache toujours quelque chose, l'insécurité ou même autre chose. La rigidité est défensive. L’amour vrai n'est pas rigide ».

Il a parlé de manière similaire en mai 2017 quand il a prononcé une homélie sur les nombreux jeunes de l'Église aujourd'hui qui sont tombés dans la tentation de la rigidité ». Parlant de ceux qui sont « rigides » et non sincères, il a dit : « Ils sont des gens rigides qui vivent une double vie : ils se donnent de beaux airs, sincères, mais quand personne ne les voit, ils font des choses moches ».

Destruction de l'universalité

Dans son Exhortation de 2013, Evangeli Gaudium, le Pape François a appelé à une « conversion de la papauté » et a exprimé le besoin de donner aux Conférences Épiscopales « une autorité doctrinale authentique ». La décentralisation est une demande clé du clergé hétérodoxe dans l'Église. Au cours du Synode de la Famille de 2015, le Pape François a déclaré qu'il « a senti le besoin de procéder à une saine « décentralisation » du pouvoir aux « Conférences Épiscopales ». Il a discuté des plans de décentralisation avec son Collège des Cardinaux en décembre 2015 et à nouveau en juin 2017. En 2016, le Pape François a suggéré la décentralisation comme moyen d'aller de l'avant dans le débat sur la Communion pour les adultères.

Renvoi du chef de la Doctrine du Vatican

Le Cardinal Gerhard Muller, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, 69 ans, a été retiré de son poste malgré que tous ses prédécesseurs contemporains soient restés en fonction jusqu'à leur retraite. Plusieurs Cardinaux ont dit au Pape François de retirer Muller qui a maintenu l'orthodoxie doctrinale puisqu'il s'opposait à l'agenda du Pape pour le changement. Muller a révélé que le Pape l'avait renvoyé dans une conversation d'une minute. Le mouvement est largement considéré comme une punition pour s'opposer à l'ordre du jour du Pape.

Le Programme d’éducation sexuelle de la Journée Mondiale de la Jeunesse

Lors de la Journée Mondiale de la Jeunesse en 2016, le Vatican a publié un programme d’éducation sexuelle pour adolescents qui a négligé le rôle central des parents dans de telles matières, le programme n'a même pas mentionné le péché mortel et inclut des photos et des films sexuellement explicites.

Discours cotés XXX

La dignité de la papauté a pris un coup quand le Pape François a utilisé les termes scatologiques « coprophilie » (l'amour de manipuler, toucher, sentir des excréments) et la « coprophagie » (l'amour de manger des excréments) pour faire image et blâmer les médias de faire rapport sur des scandales au sein de l'Église.

Yayo Grassi

Lorsque le Nonce des États-Unis a favorisé la rencontre de l’héroïne pro-famille, Kim Davis, avec le Pape François à la nonciature lors de la visite papale aux États-Unis, on a refusé à Davis de prendre des photos de la rencontre. Lorsque les médias se sont enquis au Vatican de la rencontre, il a d'abord refusé de la confirmer et, après un certain temps, ont déclaré que « la seule véritable audience accordée par le Pape à la nonciature (l'ambassade) était avec un de ses anciens élèves et sa famille. L’ancien élève du Pape, Yayo Grassi, était là avec sa soeur et sa mère et son partenaire homosexuel. Ils ont pris non seulement des photos, mais aussi une vidéo dans laquelle le Pape François peut être vu embrassant Grassi et son partenaire homosexuel.

Zika (contraception)

On a demandé au Pape François au sujet « d'éviter la grossesse » dans les zones à risque de transmission du virus Zika. « Paul VI, un grand homme, dans une situation difficile en Afrique, a permis aux religieuses d'utiliser des contraceptifs en cas de viol » a-t-il déclaré. « D'autre part, éviter la grossesse n'est pas un mal absolu » a-t-il ajouté. « Dans certains cas, comme dans celui-ci et comme dans celui que j'ai mentionné du Bienheureux Paul VI, c’était clair ». Après avoir demandé des éclaircissements, le Vatican a confirmé que le Pape François approuvait l'utilisation de contraceptifs et de préservatifs dans des cas graves. (Une contradiction de l'enseignement de l'Église.) [ Note : il s’avère que l’histoire de Paul VI autorisant les sœurs d’Afrique de prendre des contraceptifs est une des meilleures légendes urbaines de notre époque ].