vendredi 4 août 2017

Journée de routine au Vatican

Le contrôle de la population
l’avortement, le gouvernement mondial




Écrit par Chris Jackson
Contributeur à The Remnant
Le 4 août 2017
SOURCE : The Remnant

LifeSite News rapporte que l’Académie Pontificale des Sciences (APS) a annoncé une autre conférence sur le contrôle de la population. Vous pouvez lire l'article ici ( en anglais ).

Bien considéré, les conférenciers invités à cette conférence comprennent divers alarmistes du climat qui prévoient avec zèle un changement climatique causé par l’homme pour justifier leur programme de contrôle de la population (y compris le contrôle des naissances et de l'avortement) qui doit être géré par une gouvernance mondiale afin de sauver la planète.

L'un des orateurs lors de la prochaine conférence a même déclaré : « Parfois, les politiciens doivent réprimander les citoyens par la coercition » afin de surmonter leur propre résistance au changement ».

Un autre « a décrit l'avortement comme une « option à faible risque et à moindre coût » par rapport à amener une nouvelle vie humaine au monde ».

Un autre est « un patron de Population Matters [ la Population compte ], autrefois connu sous le nom de Optimum Population Trust [ le Fonds pour une population optimale ] , qui vise une« taille de la population durable », y compris le « renversement de la croissance de la population » dans de nombreux pays ».

Un autre a été assez audacieux pour dire : « Nous avons besoin, à un certain moment, d'avoir un nombre limité de personnes, c'est pourquoi le Pape François et ses trois plus récents prédécesseurs ont toujours soutenu que vous ne devriez pas avoir plus d'enfants que vous ne pouvez en élever correctement ».

L'ironie ici, c'est que, si Saint Jean-Paul II était vivant aujourd'hui, il conduirait même ces gens hors de la conférence avec un fouet. Car Jean Paul II, dont la papauté a pris fin il y a seulement douze ans, condamnait de façon flagrante l'idéologie des participants que François autorise de façon routinière maintenant à ces événements. Dans Familiaris Consortio, il a déclaré :

C'est ainsi qu'est né un esprit contraire à la vie (anti-life mentality) qui apparaît dans beaucoup de questions actuelles: que l'on pense, par exemple, à une certaine panique dérivant des études faites par les écologistes et les futurologues sur la démographie, qui parfois exagèrent le péril de la croissance démographique pesant sur la qualité de la vie.

Mais l'Église croit fermement que la vie humaine, même faible et souffrante, est toujours un magnifique don du Dieu de bonté. Contre le pessimisme et l'égoïsme qui obscurcissent le monde, l'Église prend parti pour la vie, et dans chaque vie humaine elle sait découvrir la splendeur de ce «Oui», de cet «Amen» qu'est le Christ. Au «non» qui envahit et attriste le monde, elle oppose ce «Oui» vivant, défendant ainsi l'homme et le monde contre ceux qui menacent la vie et lui portent atteinte.

L'Église est appelée à manifester de nouveau à tous, par une conviction plus vive et plus ferme, sa volonté de promouvoir la vie humaine par tous les moyens et de la défendre contre toute menace, en quelque condition et à quelque stade de développement qu'elle se trouve.

C'est pourquoi l'Église condamne comme une grave offense à la dignité humaine et à la justice toutes les activités des gouvernements ou des autres autorités publiques qui essaient de limiter en quelque manière la liberté des conjoints dans leurs décisions concernant les enfants. Par conséquent, toute violence exercée par des autorités en faveur de la contraception, voire de la stérilisation ou de l'avortement provoqué, est à condamner absolument et à rejeter avec force. En même temps, il faut stigmatiser comme gravement injuste le fait que, dans les relations internationales, l'aide économique accordée pour la promotion des peuples soit conditionnée par des programmes de contraception, de stérilisation et d'avortement provoqué.

Et vlan, vous l'avez ici. Avec ces conférences, en plus d'Amoris Laetitia, le Vatican du Pape François a effectivement déclaré la guerre au néo-Catholicisme. Prions Dieu de donner à ces Catholiques conservateurs la grâce de reconnaître le danger et de répondre en conséquence.