samedi 5 août 2017

Le Renouveau de l'Église de Vatican II
est sur le respirateur artificiel

Voici pourquoi




par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Fatima Network Perspectives
Le 4 août 2017

Je trouve toujours un peu amusant de voir comment les commentateurs Catholiques « des media grand public » tentent de diagnostiquer le malaise évident de l'Église qui s'est développé brusquement après le Concile Vatican II, à l'origine duquel le Pape Jean XXIII louait « la vitalité de l'Église ».

Prenez ce commentaire [ en anglais ], par exemple, qui déplore que « peu de publications religieuses sont disposées à se pencher sur les problèmes auxquels fait face l'Église Catholique aujourd'hui en ce qui concerne le déclin de la fréquentation. La plupart des prêtres ne veulent pas reconnaître le fait que les églises sont aujourd'hui plus vides que jamais auparavant et que les écoles paroissiales ferment à un rythme accéléré ».

L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Pourquoi ? L'auteur n’arrive jamais vraiment à nous le dire. Il note simplement les signes du déclin à la fois social et ecclésial en Amérique depuis 1960 — l'année même où le Troisième Secret devait être révélé, seulement pour être non publié par le Pape Jean XXIII — sans offrir aucune réponse définitive à ses propres questions sur les causes :

  • « Seulement environ la moitié des Américains sont mariés aujourd'hui contre 72% en 1960. Pourquoi le mariage a-t-il diminué ? »

  • « Bien que le taux de divorce ait chuté depuis les années 1980, alors qu'il était à un niveau record, il est encore deux fois plus élevé qu'en 1960 et atteint actuellement environ 50% ».

  • « Le taux de natalité des États-Unis diminue ... ». Le nombre moyen de bébés a chuté à un niveau record de 1,8 bébés, bien en dessous du 2,1 nécessaire pour une population stable. Les statistiques montrent que les taux de natalité chez les couples Catholiques tombent bien dans les statistiques nationales actuelles ».

  • « Les écoles Catholiques ferment à un rythme rapide. À leur apogée au milieu des années 1960, plus de 13 000 écoles élémentaires et secondaires Catholiques inscrivaient 12% des écoliers aux États-Unis. Mais en 2012, moins de 7 000 écoles Catholiques ont inscrit environ deux millions, soit 5% des enfants d'âge scolaire aux États-Unis ».

  • « ... Pratiquement plus de soeurs. D'un sommet de plus de 100 000 soeurs dans les années 1960 à environ 6 500 en 2010 qui travaillent encore, c’est-à-dire moins d'une par école Catholique ».

  • « Les assemblées de fidèles Catholiques vieillissent et disparaissent. Au moins 60% de la plupart des assemblées de fidèles aujourd'hui ont plus de 65 ans. Plus l'appartenance à l'église est importante, plus il est probable que l'église ait des npmbres en baisse, des finances plus faibles, une programmation anémique pour les jeunes et un sentiment de fatigue spirituelle ».

L'auteur fait quelques frappes faibles dans son explication, citant le mouvement de libération des femmes pour le déclin du mariage et de la famille et « pratiquement plus de sœurs » pour le déclin dans l'éducation Catholique. Mais ce ne sont que des symptômes d'une maladie sous-jacente.

Lançant ses mains dans les airs, l'auteur conclut : « Les bancs resteront vides à moins que l'Église Catholique ne puisse résoudre les problèmes qui bloquent la fréquentation. Ce ne sera pas une tâche facile. Les problèmes doivent être abordés au plus haut niveau de l'Église ».

Comme on le voit, notre auteur ne connaît essentiellement rien à ce pourquoi l'Église a connu un déclin précipité depuis Vatican II, corrélé à un déclin social reflété dans l'état périlleux de la famille Catholique à comparer à la période préconciliaire immédiate. Il se réfère uniquement aux « problèmes » qui « doivent être abordés au plus haut niveau de l'Église ».

Mais quels problèmes ? Permettez-moi d’en suggérer quelques-uns :
  • L'abandon soudain de la liturgie Latine traditionnelle de l'Église, qui a nourri la Foi des Catholiques depuis près de 2 000 ans, inspirant d'innombrables saints et les plus grandes œuvres d'art, de littérature et de musique que le monde n’a jamais vues ;

  • L'abandon soudain de la formation traditionnelle des prêtres et des religieuses dans les séminaires et les couvents, éliminant l'autre monde qui rendait les vocations religieuses attrayantes pour les âmes ;

  • L'abandon soudain, dans l'intérêt de la nouveauté de l'« œcuménisme », de l'enseignement pérenne de l'Église qui « interdit tout commerce avec ceux qui ont professé une version mutilée et corrompue de l'enseignement du Christ : « Si quelqu'un vient à vous et vous apporte un autre enseignement, ne le recevez pas chez vous et refusez même de le saluer » [2 Jean 10].

  • L'abandon soudain de toutes condamnations de l'erreur ainsi que le Serment Contre le Modernisme conçu pour éliminer les ecclésiaux subversifs qui courent maintenant dans l'Église ;

  • L'adoption soudaine d'une position de « dialogue » avec le « monde moderne » au lieu d’une opposition militante à ses erreurs mortelles ;

  • L'abandon soudain (du moins dans la pratique) du dogme « Hors de l'Église Catholique, Point de salut » ;

  • L'acceptation soudaine de la notion, condamnée par Pie XI comme étant une menace pour les « fondements de la Foi Catholique », c'est-à-dire que « toutes les religions sont plus ou moins bonnes et louables », ce qui conduit naturellement à la conclusion que le Catholicisme n'est pas meilleur que toute autre religion et n'a aucune prétention particulière à l'allégeance des hommes ;

  • L'impression écrasante qui en résulte chez les gens qu'il n'y a pas de raison particulièrement convaincante de se joindre ou de rester dans l'Église Catholique ou d'écouter ses enseignements, entraînant inévitablement un déclin drastique de l'adhésion et des conversions et un déclin moral drastique parmi ceux qui restent nominalement Catholiques.

En somme, les « problèmes » que notre auteur dit qui doivent être abordés « au plus haut niveau dans l'Église » se réduisent à un seul problème : le renversement de la révolution ecclésiale qui l'a convulsée au cours du dernier demi-siècle et la restauration de la Tradition Catholique dans toute son intégrité — liturgique, doctrinale et morale. À défaut de quoi, l'élément humain de l'Église continuera à être le sel qui a perdu de sa saveur et qui est foulé par un monde hostile avec qui les dirigeants de l'Église continuent leur « dialogue » bête, inutile et pessimiste.

Mais ce renversement, il semble maintenant clair, ne peut venir que par une intervention divine dramatique — littéralement un miracle. Et ce miracle ne viendra pas, nous pouvons en être sûrs, tant que la Russie ne soit finalement consacrée au Cœur Immaculé de Marie, un acte qui annihilera les conséquences de l'infidélité d’époque des dirigeants de l’Église ces cinquante dernières années.