mercredi 2 août 2017

L'interaction non verbale

Une autre considération
pourquoi les femmes ne peuvent pas être prêtres




Par : Dr Gintautas Vaitoska

Note de la rédaction : Ce qui suit est un essai du Dr. Gintautas Vaitoska, conférencier en psychologie et en religion à l'Institut International de Théologie de Trumau, en Autriche. Il a enseigné à l'Université Kaunas Vytautas Magnus et au Séminaire Saint-Joseph, à Vilnius, en Lituanie, et a fait un travail approfondi avec les programmes pré-Cana, du counseling conjugal et de l'éducation à la chasteté.



Le 31 juillet 2017
SOURCE : One Peter Five





Les concepts de base en apéritif
Analyse générale de l'interaction non verbale et du « comportement des yeux »


La modestie et la pudeur

La communication non verbale a toujours été une partie importante des compétences générales en communication. Bien que moins discuté dans la vie quotidienne, elle constitue une partie explicite de la formation des diplomates, des conférenciers, des artistes et des psychologues. Dans la société urbanisée, ce type de communication semble jouer un rôle encore plus important que dans les temps précédents : contrairement à un style de vie communale, les gens de la ville se retrouvent souvent dans des situations où la communication non verbale reste le seul lien entre eux et les passants silencieux — ou badauds comme ils sont. Imaginez-vous en train de rouler dans un train public, par exemple. Parfois, de façon explicite et d'autres fois presque automatiquement, nous percevons presque toujours d'autres personnes assises ou devant nous, nous pensons à leur apparence, aux occupations possibles, au statut social, etc. Ce mode d'interaction non verbale est décrit par les psychologues comme le « comportement des yeux » [ 1]. Nous n'avons pas vraiment l'intention de s’y engager mais cela nous « arrive » plutôt. C'est cette communication à travers le regard qui est le sujet de notre enquête ici.

L'importance de regarder transcende les discussions modernes sur les nuances de la communication. Elle est primordiale pour notre vie intérieure. Comme l'affirme la psychologie classique, notre processus de réflexion est également basé sur la séquence des fantasmes ou des images [2]. Dans une certaine mesure, il semble légitime de dire que de regarder est identique à penser. Dans Matthieu 5 : 28, Jésus dit : « Tout homme qui regarde la femme d'un autre en la désirant a déjà commis l'adultère avec elle en lui-même ». Il ne dit pas : « Tous ceux qui pensent à la femme avec un esprit de luxure ». Dans le processus de garder ses pensées en ligne avec la Volonté du Seigneur — qui est la composante essentielle de la croissance authentique de la vertu — il est nécessaire d'accorder une attention particulière à la façon dont nous regardons quelque chose ou quelqu'un. Car même si cela passe souvent inaperçu, du moins à un niveau « subconscient », nous pensons réellement avec nos yeux. C'est exactement parce que cette pensée, dans sa qualité automatique et spontanée, atteint les couches profondes de notre âme que l'ancien conseil ascétique de « garder ses yeux » peut donner un coup de pouce à la transformation de l'intérieur.

Dans le texte de Matthieu 5 mentionné plus haut, il est intéressant de noter que les mots du Christ s'adressent spécifiquement aux hommes. Est-ce que cela s'est produit par hasard ou existe-t-il une loi plus profonde d'interaction visuelle ici ? Un autre texte sur les façons de regarder parle d'une manière amusante du caractère « réceptif » du comportement féminin : « Ne désire pas une telle femme à cause de sa beauté, ne te laisse pas séduire par son regard ensorcelant ». (Pr 6 : 25). Dans les deux cas, l'Écriture Sainte parle d'une certaine digression des voies droites du cœur : l'« attaque » visuelle d'un homme et la tentative consciente d'une femme d'« absorber » quelqu'un dans un mode « réceptif » de regarder lubriquement constituent un consentement pour l'impulsion de l'appétit sensible, dépassant ainsi la ligne de ce qui n'est pas encore un péché. En réfléchissant aux modes de regards masculins et féminins, nous nous trouvons toujours dans cette zone d'interaction subtile entre la simple sensibilité et la luxure — un domaine dans lequel la transparence complète est un don de la grâce plutôt qu'une réalisation personnelle.

Une couverture approfondie de ce dynamisme se trouve dans le chapitre de Karol Wojtyła sur la « Métaphysique de la pudeur » [3]. « Le développement de la modestie sexuelle — comme nous appelons notre capacité constante et notre volonté de se sentir pudiques — suit un cours chez les filles et les femmes et un autre chez les garçons et les hommes », écrit l'auteur. « Puisque la sensualité, qui est orientée vers le corps comme un objet de jouissance, est en général plus forte et plus importante chez les hommes, la modestie et la pudeur — la tendance à cacher ses valeurs sexuelles spécifiquement liées au corps — doit être plus prononcée chez les filles et les femmes » [4]. D'autre part, « un homme n'a pas à craindre la sensualité féminine [...] ... Il est cependant très conscient de sa propre sensualité et c'est pour lui la source de la pudeur » [5]. Ces deux formes de pudeur — la première protégeant une femme d'être réduite à l'objet de jouissance et la seconde empêchant un homme de devenir un « consommateur » — sont décrites par Wojtyła, en conséquence, comme la pudeur physique et émotionnelle ou psychologique [6]. Par conséquent, pour un homme dépourvu de modestie, l'impudeur émotionnelle ou psychologique consiste à « rejeter une saine tendance à avoir honte de ses réactions et de ses sentiments qui font d’une autre personne un objet d'usage à cause de ses valeurs sensuelles » et quand « dans ses sentiments envers une femme, il ne ressent aucune honte intérieure pour son désir d'exploitation sensuelle et sexuelle » [7]. La femme, d'autre part, peut être « physiquement impudique », ou immodeste, quand elle se présente d'une manière « que les valeurs du sexe en tant que telles sont données une telle importance » qu'elles obscurcissent la valeur de sa personnalité [8].

Le comportement des yeux chez l'homme et la femme

Nous parlons des lois de la modestie et de la pudeur, mais n'oublions pas que nous traitons ici du comportement visuel. Par conséquent, l'analyse des modèles selon lesquels la pudeur fonctionne différemment dans les sexes peut être utile pour comprendre les lois de l'interaction homme-femme par le regard en général, c'est-à-dire non seulement lorsque le problème en jeu est celui de l'immodestie. Avant d'arriver à une définition plus précise des particularités de la communication visuelle entre un homme et une femme, nous pourrions la formuler comme suit : dans l'interaction visuelle, un homme regarde tandis qu'une femme est regardée. Un homme projette en quelque sorte son attention par ses yeux tandis qu'une femme la reçoit et l'attire. Un homme « sort » de lui-même ; une femme « reste en elle-même » et « appelle vers » elle-même. Cette loi semble également être soutenue par l'admiration traditionnelle du visage féminin dans l'art, la littérature et même par quelques expériences psychologiques [9]. Les paroles de Jésus aux hommes dans l'Évangile de Matthieu et l'avertissement des Proverbes concernant le « comportement des yeux » pointent dans la même direction.

Ce modèle de communication non verbale entre un homme et une femme correspond bien à ce qui pourrait être dit de la nature complémentaire du caractère humain en général. Critiquant « le biais généralisé dans le monde Occidental par lequel le fait de recevoir est considéré comme inférieur à donner » et fondant ses affirmations dans l'analyse riche du symbolisme plus profond de la structure de l'étreinte humaine, des rapports sexuels et de la fécondation, le philosophe Robert Joyce met les principes d'activité et de réceptivité chez les hommes et les femmes en bon équilibre : « Je définirais un homme comme un être humain qui, à la fois, donne d’une manière réceptive et reçoit d’une manière qui donne , mais il est ainsi structuré qu'il est fortement enclin à donner d’une manière réceptive. La nature d'être un homme est l'accent à donner de manière réceptive. Une femme est un être humain qui à la fois donne d’une manière réceptive et reçoit d’une manière à donner, mais est ainsi structurée dans son être qu'elle est profondément encline à recevoir d’une manière à donner » [10]. En appliquant la formulation de Joyce à la communication non verbale, nous pouvons également dire : un homme est un être humain qui regarde et qui est regardé dans une interaction non verbale, mais il est profondément enclin à regarder et à « projeter » son regard ; une femme est un être humain qui à la fois regarde et qui est regardée dans une communication non verbale, mais elle est fortement encline à attirer le regard et l'attention, de le recevoir d’une manière à donner.

Cela semble être un état naturel des choses chez les êtres humains. Nous ne pensons pas comment réagir en interaction non verbale ; plutôt, notre regard et nos « énergies » réagissent d'une certaine manière, comme dans une sorte de réflexe psychologique.

Le plat de résistance
La question de la communication non verbale à la Messe

Après cette analyse générale de l'interaction non verbale et du « comportement des yeux », nous pouvons aborder la question de la communication non verbale à la Messe.

Bien que le prêtre qui se trouve à l'autel représente la deuxième personne de la Sainte-Trinité, il a aussi toutes les qualités et caractéristiques humaines, comme Jésus-Christ les a eues dans Sa nature humaine. Mais nous n’assistons pas à la Messe pour écouter le prêtre. Nous sommes désireux d'entendre la Parole de Dieu ; le prêtre n'est qu'un médiateur. Sa tâche est de transmettre cette Parole et de nous servir l'Amour de Dieu dans le Saint Sacrifice. Bien qu'elle soit invitée à participer activement à la liturgie, la communauté rassemblée est principalement réceptive, « restant en elle-même ou en son intérieur », en contemplant les dons qui traversent au travers de l'autel vers les fidèles. La qualité nécessaire pour le prêtre est d'être en harmonie avec la relation donnée par Dieu à son peuple ; de la meilleure manière possible, la nature humaine du prêtre doit permettre que cet acte de se donner [ par Dieu ] se produise.

Concernant l'interaction visuelle, c'est la nature masculine du prêtre qui répond le mieux à cette exigence — bien que jamais parfaitement. Nous soulignons la nature ici car ce ne sont pas les mérites personnels du prêtre qui en sont responsables ; personne ne pourrait contester qu'il y ait beaucoup de femmes plus saintes que les hommes, plus profondes, « méditatives », sages. Ces considérations « phénoménologiques » peuvent néanmoins aider, dans un âge qui met l'accent sur l'expérience personnelle de l'enseignement de l'Église, pour clarifier la position doctrinale selon laquelle la masculinité du prêtre se rapporte à la signification du Sacrement : le prêtre est une « icône vivante » du Christ Époux-Prêtre [11].

Nous devons discuter maintenant du mode exact et de l'input de la communication visuelle lors de la Messe, ce qui nous permet d'être si « sexiste » et « non moderne » avec le problème discuté. La direction de l'événement de la Messe est ex-centrique : le pouvoir de Dieu, le don, vient de l'autel au peuple. Comme nous l'avons déjà discuté, la nature féminine est fondamentalement d'un caractère réceptif. Lorsque le prêtre fait face aux fidèles, les qualités naturelles de son interaction visuelle spontanée doivent avoir un caractère projectif, ex-centrique ou donné et, de cette façon, ils coïncident avec la direction sémantique principale de la Messe. C'est un mode d'interaction à prédominance masculine par la vue.

Si une femme célébrait la Messe, ses paroles et ses actions viseraient le même objectif : à savoir transmettre la Parole de Dieu. Mais le processus automatique d'interaction par le regard fixe le flux d'attention dans la direction opposée : à savoir vers la femme. Il y a une contradiction entre l'intention d'être un lien de transmission dans la chaîne Dieu-Prêtre-Fidèle et la réception spontanée de l'attention en raison de la nature féminine.

Certes, cette qualité de réception et d'attraction de l'interaction non verbale d'une personne donnée a peu à voir avec l'intention de le faire ; c'est principalement un mode objectif d'interaction féminine. Même s'il est vrai que, parfois, il peut y avoir un désir d'attirer l'attention de la part de la personne debout à l'autel ou, de même, de quelqu'un dans l’assemblée qui peut avoir l'intention consciente de « diffuser » un intérêt excessif, ces « initiatives » subjectives n'ajoutent que de la vitesse et de la force, pour ainsi dire, aux modes fondamentaux et objectifs de l'activité et de la réceptivité non verbales. Car, fondamentalement, ce dont nous traitons ici n'est pas la morale, mais l'anthropologie [12].

Dans le contexte de ce qui a été dit, nous pouvons parler plus exactement de la question des jeunes filles qui servent à l'autel. La logique de l'interaction visuelle entre les personnes de sexe opposé devrait exiger que les filles servent à l'autel avant d’être à l'âge de se marier — c'est-à-dire avant la puberté. L'épanouissement de la beauté des filles à cette époque attire l'attention tout naturellement et avec force : le caractère principalement réceptif de la nature féminine en âge de se marier atteint logiquement son apogée au moment où elle est appelée à remplir sa vocation d'inviter et de recevoir un marié. Son attrait et sa beauté sont une bénédiction de Dieu, mais ils ne correspondent pas à la direction fondamentalement ex-centrique de la Messe. Le logos de la liturgie devrait couler de l'autel et se « situer » à l'intérieur du croyant et non pas dans la direction opposée. On devrait surtout penser aux adolescents qui sont dans le stade de la vie qui les appelle à chercher une amie. Le caractère intérieur de leur attention ne devrait pas être perturbé par un flux spontané vers une fille à l'âge de se marier. [13].

Les objections à cette approche

Nous pouvons essayer de répondre à deux objections possibles ici. Quelqu'un pourrait dire que je parle d'un point de vue masculin, et ainsi, que ma sensibilité à la question de la réceptivité « visuelle » de la femme-prêtre à l'autel est stimulée par ma masculinité. Par conséquent, la logique de l'argument exigerait que l’on éprouve un malaise tout aussi égal de la part d'une femme en ce qui concerne le prêtre (masculin). Si l'argument est basé sur le caractère perturbateur de l'attraction féminine-masculine pendant la Messe, il n'est pas pertinent car les femmes, dans la Messe célébrée par les hommes, seraient confrontées au même problème auquel les hommes seraient confrontés si l’ordination des femmes était établie. La réponse à cette objection semble être liée à la réceptivité essentielle des femmes : elles sont l'objet d'une attraction visuelle pour les hommes et les femmes. La beauté féminine attire les yeux d'une autre femme tout autant que ceux d'un homme (bien que la façon de regarder soit différente — peut-être davantage en termes d'identification plutôt que d'intérêt).

On pourrait également se demander si le caractère réceptif d'une femme professeur déraille la transmission de l'information, par exemple, lors d'une conférence académique. La réponse est non, même si cela peut causer une distraction à l’auditoire pour les raisons que nous avons données. Comme nous l'avons vu, chacun des deux sexes possède les dimensions de donner et de recevoir, avec une différence d’emphase. La femme professeur utilise l'aspect « donnant » de son activité et le mode de réception de son interaction visuelle non verbale avec le public dans le cas de la conférence est relativement peu important. La Sainte Messe, cependant, est un processus de modalité différente : son caractère méditatif, la vitalité fragile de l'intégration intérieure du message de Dieu dans nos cœurs, exige une réceptivité « plus pure » que dans le cas d'une conférence. L'université est une institution humaine, après tout, alors que la Messe est divine, avec un symbolisme divin qui doit être respecté. Il ne semble pas par hasard que le grand prêtre Jésus-Christ ait servi de médiateur à l'action de Dieu selon sa nature masculine, tout comme le prêtre humain qui agit in persona Christi [14].

L'analyse du « comportement des yeux » à la Messe peut également éclairer la discussion si le prêtre devrait faire face à l’assemblée ou à l'autel. Qu'est-ce qu'il est censé « faire » avec ses yeux ? On entend occasionnellement une remarque à propos d'être dérangé par l'« œil errant » du prêtre. Un monsieur aux États-Unis a dit une fois : « Je déteste que ce prêtre me regarde pendant la liturgie. Je vais à la liturgie Byzantine à la place où je ne suis pas distrait de cette manière ». Alors que la « pensée »visuelle du célébrant principal est plus facilement concentrée sur le Seigneur et moins distrait par sa vision de l’assemblée, les regards errants des servants de Messe ou même des concélébrants semblent poser un défi majeur à la bonne concentration des fidèles et à leur volonté d'éviter des interactions visuelles inutiles avec des personnes à l'autel.

Conclusion

Certains lecteurs pourraient traiter notre soutien à la masculinité de la prêtrise sur la base des lois de l'interaction visuelle comme une autre offense envers les femmes de la part des « conservateurs ». Mais c'est de regarder dans le mauvais sens. Je pourrais répondre que, en tant que laïc, je me sens également « offensé » par le statut supérieur du prêtre à l'Église. À l'occasion, je pourrais donner une meilleure homélie devant l’assemblée que le prêtre qui est là-haut. Heureusement, le Christianisme a un bon remède pour le traitement des ambitions : le principe de la dernière place. « Si quelqu'un veut être le premier, il doit être le dernier de tous et le serviteur de tous » dit Jésus dans l'Évangile de Marc (9 :35). « Si vous ne devenez pas comme des petits enfants, vous n'entrerez pas dans le Royaume des cieux ». (Mt 18, 3). C'est un remède douloureux mais, néanmoins, c'est le seul réel. Il n'est pas important d'être important ; l’« importance » appesantit quelqu’un vers le bas.

L'ouverture et la réceptivité de la nature d'un enfant, comme de quelqu'un qui a conservé cette nature dans ses années d'adulte, sont significatives dans un autre aspect. Quiconque a au moins une certaine expérience de parler à un groupe de personnes a peut-être remarqué que le succès de son discours dépend souvent de circonstances particulières. Celles-ci peuvent parfois être plus influentes que la préparation et la préparation du conférencier. Ce sont des personnalités réceptives qui ont une telle influence : par un contact silencieux et relationnel, c'est comme s'ils encouragent le locuteur à exprimer ses pensées de façon claire et fluide. Cette attitude, qui pourrait être confondue avec de la « passivité » par ceux qui perçoivent l'activité en des termes purement masculins, est en fait active — et parfois même cruciale pour le résultat de la conférence ! Bien que peu étudié sous cet aspect, l'individu qui parle devant le groupe participe à ce qu'on pourrait appeler la pensée « communale ». Ce que nous avons à l'esprit ici n'est pas quelque chose comme le concept d'Avicenna, à savoir une intelligence commune pour tous les hommes, mais plutôt une différence dans les modalités subtiles de la pensée de quelqu’un dans un dialogue selon les particularités de la personne ou des personnes avec lesquelles il parle [15].

Cette dimension a également sa place dans les rassemblements religieux et surtout dans la Messe. La primauté de la réceptivité dans la nature féminine peut être particulièrement « active » et influente dans la création d’une terre meuble dans laquelle la Parole est reçue. De même, un homme doit utiliser la dimension « réceptive » de sa personnalité lorsqu'il écoute le prêtre.

À la fin de cet essai, permettez-moi d'attirer votre attention sur une vieille métaphore, une façon de penser ancienne. Dans le foyer traditionnel d'une société agricole, un homme était considéré comme le chef du foyer et la femme au cœur de celui-ci. Elle était profondément respectée par les membres de la communauté et occupait un poste de centralité évidente dans la famille elle-même. La question « qui est plus importante : la tête ou le cœur ? » semble sans signification. Il est vrai que la tête parle, mais, selon la sagesse de l'Ancien Testament, le lieu de la sagesse chez l'homme est le cœur. L'esprit peut penser aux questions subtiles de la communication homme-femme, mais le cœur les connaît. Si les Catholiques (y compris le clergé) pouvaient prendre au sérieux leurs intuitions et leurs expériences, de nombreux abus de la liturgie n'auraient jamais lieu ou seraient détruits.




Références

[1] Voir Virginia P. Richmond etc., Non-verbal Behasveikvior dans Relations interpersonnelles, Prentice Hall Inc., Englewood Cliffs ,. New Jersey, 1991, p. 73.

[2] cf. Somma Théologique, I, Q. 84, art. 7.

[3] L'amour et la responsabilité, Ignatius Press, San Francisco, 1991. Voir aussi son analyse subtile du rapport entre la sensualité, la passion et la luxure dans le processus de perception, p. 148.

[4] Idem, p.176.

[5] p.177

[6] cf. P. 178. Il semble légitime, pour décrire cette forme de pudeur « masculine », utiliser le terme « psychologique » comme synonyme du terme « émotionnel » de Wojtyla pour refléter la portée plus large de la réponse intérieure à l'attitude utilitariste : pensées, émotions Et les réactions psychophysiques.

[7] p.188.

[8] p. 187.

[9] Une intéressante étude psychologique expérimentale de D.R. Ruther (« Looking and Seeing : le rôle de la communication visuelle dans l'interaction sociale », Chichester, New York, 1984) peut également compléter l'analyse de l'interaction féminine-masculine par la vue. L'expérience de Ruther a montré que, à partir de bébés au-dessus de l'âge du nourrisson, tous les sujets, indépendamment du sexe et de l'âge, regardent les femmes adultes 90% plus que les hommes. En lisant de telles études, on est tenté de demander : avons-nous besoin d'expériences empiriques pour constater que les femmes sont plus belles que les hommes ?

[10] Robert Joyce, Ecologie sexuelle humaine, p. 67

[11] cf. Catéchisme de l'Église Catholique, 1612

[12] Il semble pertinent d'ajouter ici que la dynamique d'interaction non verbale décrite ci-dessus est exprimée de manière très vive dans les Messes Novus Ordo célébrées versus populum. Lorsque le prêtre fait face à l'Est — soit dans le Novus Ordo, soit dans la Messe Latine traditionnelle — son interaction visuelle avec les fidèles se limite à la lecture de la Parole de Dieu et du sermon.

[13] Le pouvoir et le mystère du visage féminin, souvent négligé au milieu de la ruée quotidienne, ont été vivement perçus par Saint François d'Assise. Le saint avait un respect particulier pour les femmes, considérant chacune comme une épouse du Christ. Interrogé par un ami, pourquoi il n'a pas regardé une fille qui, avec une si grande admiration, regardait le saint lors de la conversation, il a répondu qu'il n'ose pas regarder la beauté de l'épouse du Christ (comme l'a raconté la biographie de Saint François d'Assise par J. Joergensen, Munchen, 1935).

[14] Un traité explicite de ce principe se trouve dans l'article de Benoît Ashley « Le genre et le prêtrise du Christ », le thomiste, vol. 57, no 3.

[15] Au moins certains aperçus dans la compréhension de ce phénomène peuvent être fournis par la psychothérapie et aussi par la psychologie de l'apprentissage des langues. La dimension importante dans la lutte contre le bégaiement réside dans l'établissement d'un bon rapport avec celui à qui on parle ; de plus, les enseignants des langues connaissent bien l'importance de la bonne qualité des contacts interpersonnels pour la maîtrise des langues étrangères ainsi que même la langue maternelle. Ce ne sont pas seulement les « mouvements de la langue » qui sont soutenus par un auditeur réceptif, mais le processus de réflexion lui-même.